A A A
Épargne

Les dettes freinent l’épargne-retraite

8 septembre 2016 | Pierre-Luc Trudel | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

poche_vide_argent_manque_faillite_dettes_425Criblés de dettes, les Canadiens peinent toujours à épargner pour leur retraite et devront sans doute travailler plus longtemps que prévu, révèle un sondage de l’Association canadienne de la paie (ACP).

La moitié des Canadiens et 37 % des Québécois estiment qu’il leur faudra un coussin d’au moins un million de dollars pour la retraite. Or, la grande majorité (76 %) des quelque 5 629 employés canadiens interrogés dans le cadre de ce sondage indiquent avoir pris beaucoup de retard par rapport à leurs objectifs, affirmant avoir épargné seulement le quart ou moins de ce dont ils auront besoin au moment de la retraite. Cette proportion est sensiblement la même au Québec, à 73 %.

Résultat, près de la moitié des employés (45 %) s’attendent désormais à devoir travailler plus longtemps que ce qu’ils avaient prévu il y a cinq ans, principalement parce qu’ils n’ont pas assez épargné. L’âge moyen de la retraite visé par les répondants est ainsi passé de 60 à 62 ans en cinq ans. Plus précisément, 80 % des Québécois et 75 % des Canadiens prévoient qu’ils ne seront pas en mesure de quitter la vie active avant l’âge de 60 ans au minimum.

L’équilibre travail-vie personnelle avant le salaire

Même si 38 % des Québécois vivent d’un chèque de paie à l’autre, seulement 20 % des employés de la province mentionnent que des salaires plus élevés sont une priorité absolue, ce qui représente le plus faible taux au Canada. Plus de la moitié d’entre eux (58 %) donnent plutôt la priorité à un meilleur équilibre travail-vie personnelle ainsi qu’un environnement de travail sain, soit le taux le plus élevé au pays.

À lire : La conciliation travail-famille ne rend pas les dirigeants plus populaires

« Il est clair que de nombreux Canadiens sont préoccupés par leur situation financière, indique Lucy Zambon, présidente du conseil d’administration de l’Association canadienne de la paie. Mais un meilleur équilibre travail-vie personnelle ne se traduit pas nécessairement par une sécurité financière réduite, si vous dépensez selon vos moyens et respectez le principe « payez-vous d’abord » comme étape vers le bien-être financier. »

L’endettement s’aggrave

Les données du sondage révèlent que le revenu des ménages a stagné au cours des dernières années, alors que le niveau d’endettement continue de croître. Plus du tiers (39 %) des travailleurs canadiens se sentent dépassés par leur niveau d’endettement. Il s’agit d’une hausse par rapport à la moyenne de 36 % enregistrée les trois dernières années. À l’échelle nationale, le niveau d’endettement de 31 % des répondants a augmenté au cours de la dernière année.

Les travailleurs québécois s’en tirent un peu mieux. Seulement 22 % d’entre eux se sentent dépassés par leur niveau d’endettement et 19 % déclarent que leurs dettes ont augmenté au cours de la dernière année. Il s’agit des meilleurs résultats au pays. Cela dit, 8 % des Québécois déclarent qu’ils ne pensent pas pouvoir se libérer de leur dette un jour. À l’échelle nationale, 58 % des répondants conviennent que l’endettement et l’économie sont les plus grands obstacles à l’épargne-retraite.

Par ailleurs, 42 % des employés québécois se disent en mesure d’épargner seulement 5 % ou moins de leurs gains (47 % à l’échelle canadienne).

À lire : Québec examinera les régimes de retraite à deux vitesses

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Mdias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000