A A A
Lecture

La criminalité économique en 5 questions

18 septembre 2014 | Denis Méthot | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Vincent Lacroix, Earl Jones, Bernard Madoff… la criminalité économique se résume, pour bien des gens, à une poignée de noms. Pourtant, cette forme de criminalité qui ne cesse de croître depuis vingt ans a bien d’autres visages.

Le Centre d’études en droit économique (CÉDÉ) a décidé de se pencher sur les procédés du « crime à col blanc », ses conséquences, et les outils de lutte qui sont à la disposition des gouvernements, dans le cadre d’une université d’été qui s’est tenue en mai dernier, à la Faculté de droit de l’Université Laval.

Conseiller.ca a couvert l’évènement pour vous en rapporter les faits saillants.

Un dossier réalisé par Denis Méthot

Des conséquences quantifiables ?

Le « crime à col blanc » s’intensifie ces dernières années. Que sait-on exactement des dommages économiques et sociaux qu’il engendre ?

Quels outils de lutte ?

L’expérience acquise en matière de criminalité organisée se révèle utile dans le cadre d’enquêtes sur des malversations financières.

Quel est le profil type du fraudeur économique ?

Et quelles sont les conséquences de ses actes sur ses victimes ?

L’investissement socialement responsable peut-il réduire la criminalité économique?

Une drôle d’idée ? Pas tant que ça…

Que fait le CANAFE ?

Le Centre d’analyse des opérations et des déclarations financières du Canada est encore largement méconnu. Décryptage.

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques