A A A

Aider vos clients à bien investir fiscalement

17 février 2009 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Personne n’a jamais dit que choisir des placements était chose facile. Tout investisseur doit prendre plusieurs facteurs en considération, entre autres son âge, ses objectifs ainsi que sa volonté et sa capacité de tolérer les risques. Dans cette rubrique, nous aborderons un autre critère important : l’incidence des impôts sur les rendements. Les conseillers peuvent aider leurs clients en leur expliquant comment les impôts augmentent ou diminuent le rendement net des divers types de placement. Cet aspect est particulièrement critique dans le cas de placements non enregistrés dont les revenus peuvent être imposables.On calcule le montant imposable en majorant le montant des dividendes admissibles reçus de 45 % et le montant des dividendes non admissibles reçus de 125 %; ce montant majoré est alors imposable au taux marginal de l’investisseur. Une fois l’impôt de base calculé, on en soustrait le crédit d’impôt fédéral pour dividendes. Ce crédit est égal à 19 % du revenu imposable majoré dans le cas des dividendes admissibles et à 13,3 % du revenu imposable majoré dans le cas des dividendes non admissibles. La différence entre l’impôt de base et le crédit d’impôt fédéral est l’impôt fédéral exigible. Il existe un mécanisme similaire dans chaque province.

Ce mécanisme rend le calcul des impôts sur les dividendes plus ardu. Il a été mis en place pour tenir compte du fait que les sociétés émettrices de dividendes ont déjà payé des impôts sur leurs bénéfices. En résumé, le taux marginal d’imposition des dividendes admissibles fluctue actuellement entre 14,56 % en Alberta et 29,7 % au Québec; dans le cas des dividendes non admissibles, la fourchette est de 27,73 % en Alberta à 36,35 % au Québec.

Loading comments, please wait.