A A A
Épargne

Finance : dix comportements déconcertants

1er septembre 2011 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Rob Carrick se questionne. Lui qui traite de finances personnelles au quotidien The Globe and Mail depuis plus de dix ans, il ne comprend toujours pas l’attitude de nombreux épargnants et de certains intervenants de l’industrie des services financiers.

Il a noté une vingtaine de comportements qui le déconcertent. Voici les dix les plus intéressants.

1. Immobilier
Pourquoi les analystes, les économistes et les chercheurs sont-ils incapables de dresser, un fois pour toutes, une liste exhaustive des coûts liés à la propriété résidentielle? « Oui, nous savons que l’immobilier a été un bon investissement au Canada au cours des dernières années. Mais quels en sont les coûts? », demande le chroniqueur.

2. Immobilier
Pourquoi les investisseurs n’achètent-il pas des lots de jolis condos ou d’autres charmantes résidences qu’ils pourraient ensuite louer à des baby-boomers retraités? Nombre d’entre eux ont vendu leur maison justement pour devenir locataires. C’est une belle occasion à saisir.

3. Retraite
Pourquoi cet engouement à l’endroit des retraites hâtives? Considère-t-on la possibilité de continuer à travailler à temps partiel une fois qu’on a quitté son emploi? Avec quelque trente années d’espérance de vie devant soi, « la retraite progressive est la voie de l’avenir », lance Rob Carrick.

4. Éducation
Pourquoi les parents ne profitent-ils pas davantage des atouts que présentent les REEE pour leurs enfants, surtout s’ils désirent aller à l’université? « Priorisez les REEE au détriment des CELI, à moins que vous ne soyez indifférent au fait que votre enfant soit un diplômé endetté », souligne-t-il.

5. Information
Pourquoi les livres qui disent comment faire fortune sont-ils si populaires? « Les seules personnes qui deviennent millionnaires avec ces bouquins, ce sont ceux qui les écrivent, pas ceux qui les lisent. »

6. Placements
Pourquoi les épargnants s’entêtent-ils à acheter des CPG dont le rendement est lié à un indice boursier? Ces « produits ridicules » sont conçus pour enrichir les institutions financières, pas les consommateurs, commente Rob Carrick.

7. Relevés de placements
Pourquoi les investisseurs ne se scandalisent-ils pas de l’inutilité totale des relevés de placements que leur envoie leur cabinet ou leur courtier? Heureusement, cela pourrait changer. « Les autorités réglementaires sont en train d’élaborer des normes qui obligeront les entreprises financières à dévoiler tous leurs frais et à préciser combien d’argent leurs clients ont gagné ou perdu au cours d’une année. »

8. Investissements
Pourquoi les épargnants ignorent-ils encore que la meilleure façon de faire croître leur capital est d’investir de manière graduelle et systématique, à chaque paie ou une fois par mois, par exemple? Non seulement cette méthode est-elle rentable, mais elle élimine les incertitudes et les doutes liés au supposé « moment opportun » d’entrer dans le marché, estime Rob Carrick.

9. Fonds négociés en Bourse
Pourquoi tout ce bruit autour des fonds négociés en Bourse (FNB)? Pour chaque dollar investi dans les FNB, on en compte quinze dans les fonds communs. Pourtant, ce sont les FNB qui défraient la manchette l’attention. « Peut-être que les firmes de FNB se livrent une concurrence féroce entre elles, alors que les sociétés de fonds communs ne le font pas », croit le chroniqueur.

10. Planification
Pourquoi y a-t-il autant de jeunes parents qui n’ont ni testament ni assurance vie? Savent-ils ce qu’il adviendra de leurs enfants en cas de malheur? Et tant qu’à faire un testament aussi bien ne pas lésiner : faites-le préparer par un notaire qui s’y connaît.

Loading comments, please wait.