A A A

Investir en toute conscience

22 février 2007 | Mark Brown | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(22-02-2007)La coopérative de crédit Vancity, dont le siège social se situe à Vancouver, lance, par le biais de sa filière Inhance, une nouvelle famille de fonds éthiques destinés aux investisseurs classiques. Selon Steve Eccles, vice-président de la gestion des investissements, Vancity « ne se lance pas aveuglement dans une mode de fonds éthiques. »

Si les investisseurs ne se bousculent pas encore pour investir dans les fonds éthiques, l’effort fourni par certaines compagnies de fonds pour éduquer les conseillers commence à porter fruit. Al Gore est l’une des personnes qui fait avancer la cause. Son documentaire An Inconveniant Truth(2006)a fait du vice-président sortant le héros du mouvement des fonds éthiques.

« Il souligne que c’est plutôt facile de passer de l’apathie au désespoir sans s’arrêter au point milieu, là où l’on agit », souligne Dermot Foley. Le problème, c’est quand on croit qu’il faut sauter à pieds joints dans les investissements éthiques; il existe une voie mitoyenne et c’est là où se situent la plupart des fonds éthiques. Inhance, par exemple, détient des actions de BP dans un de ses fonds. Une compagnie pétrolière pourrait sembler un choix improbable pour un fonds éthiques, mais Inhance met l’emphase sur les huit milliards de dollars que le géant pétrolier investit en énergies alternatives comme l’énergie solaire.

Les compagnies de fonds éthiques mettent donc l’emphase sur l’éducation des investisseurs et des conseillers. Quelques courtiers organisent des visionnements du film de M. Gore et, par la suite, des représentants d’Ethical Funds sont invités à parler aux conseillers et clients. La compagnie a même conclu un accord avec la Banque TD pour « entamer un dialogue formel sur les politiques de prêts favorables pour répondre aux changements climatiques, la protection des forêts, la conservation de la biodiversité et les droits des autochtones ».

Ethical Funds mène une formation en fonds éthiques pour aider les conseillers à mieux comprendre les problématiques et modifier leur pratique pour attirer les investisseurs intéressés aux fonds éthiques. Russell Moldowan, gestionnaire d’analyse de portefeuille chez Ethical Funds, précise qu’Ethical Funds espère que la formation se paiera d’elle-même d’ici peu. Et avec un peu de chance, elle permettra aux conseillers d’amener la question environnementale plutôt que d’attendre que le client initie la discussion.

Suchetta Rajagopal, une planificatrice financière agréée chez Hampton Securities à Toronto, abonde dans le même sens. « Le conseiller doit initier la discussion, car souvent, quand j’en parle aux clients, ils me répondent qu’ils ne savaient pas que cela existait! » dit-elle.

S’initier aux fonds éthiques n’exige pas nécessairement de modifier un portefeuille en entier, précise-t-elle. Cela pourrait se faire simplement en ajoutant un fonds d’actions canadiennes à caractère éthique à un portefeuille existant. Comme le dirait Monsieur Foley chez Inhance, « nous ne voulons pas être remisés dans des fonds éthiques. À notre avis, ce sont des portefeuilles solides qui tiennent compte des risques financiers supplémentaires. »

Et pourtant, autant les questions environnementales ont de l’importance, l’avarice reste toujours au premier plan. « C’est une façon crue de l’exprimer, mais c’est la réalité », dit Peter Loach, un analyste en fonds communs chez BMO Nesbitt Burns. Et les fonds éthiques en sont conscients. « Les résultats passent en premier plan. On ne peut mener aucun changement décisif sans en tenir compte », dit M. Moldowan.

Au cours des dernières années, les fonds éthiques ont largement réussi à illustrer qu’ils ne sont pas les produits-créneau qu’on cherchait à en faire. Ethical Funds et Mackenzie ont réfuté ces mythes.

En 2006, le Special Equity Fund d’Ethical Funds gagnait dans la catégorie des actions canadiennes de petites capitalisations, même s’il existe une catégorie distincte pour les fonds éthiques. Le fonds Universal Sustainable Opportunities Class de Mackenzie a connu un rendement de 24 % l’an dernier et 11 % sur trois ans.

« Les sociétés connaîtront de bonnes performances s‘ils tiennent compte des courants changeants en questions environnementales, précise Mme Rajagopal. Si elles ne gardent pas un œil sur l’avenir et ne tiennent pas compte des changements climatiques, elles deviendront obsolètes et cela jouera sur leur cours de titre. »

Les fonds éthiques tiennent compte de l’environnement comme un élément parmi d’autres, comme le ratio prix au rendement, la dette ou le ratio cours/valeur comptable lorsque vient le temps d’évaluer le risque. Les changements climatiques sont un risque important. Ils jouent sur tout, du commerce de détail qui a souffert de cet hiver canadien trop clément aux compagnies minières, fermées pour des raisons environnementales.

M. Loach ne croit pourtant pas à cet argument. « Comme instrument d’investissement, je ne crois pas que le gestionnaire de type éthique sera en soit supérieur à ses pairs de par son mandat. »

Et pourtant, les fonds éthiques sont une façon parmi d’autres que les investisseurs puissent investir dans les causes environnementales. Vanessa Stenner-Campbell, conseillère principale et gestionnaire de succursale chez Scotia McLeod à Whiterock en Colombie-Britannique raconte que son bureau reçoit sa part d’investisseurs cherchant à protéger l’environnement.

Malgré les progrès des fonds éthiques, Mme Stenner-Campbell sent toujours que ce secteur est sous-représenté, même si elle a vendu certains de ces fonds à ses clients. « Parmi leurs lacunes sont le peu de fonds éthiques à partir desquels choisir, le fait qu’ils n’offrent pas de rendement étoile et que chaque personne a sa propre définition du mot éthique », précise-t-elle. Elle recommande les portefeuilles de grande qualité où figurent un grand choix d’obligations, d’actions préférentielles, actions bancaires et autres actions avec lesquels les clients sont à l’aise, sans se limiter. Contribuer à une cause charitable de son choix est une autre option – en plus d’offrir un crédit d’impôt.

Loading comments, please wait.