A A A

Les avantages du REER collectif

18 février 2010 | Mark Noble | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Ce supplément de CONSEILLER.ca est commandité par :

Fonds Dynamique

Même si vous ne tirez pas toujours une rémunération régulière d’un placement dans un REER collectif, cet instrument est souvent la meilleure recommandation d’investissement que vous puissiez faire à un client.

Selon un sondage effectué mi-décembre 2009 pour le compte de Financière Manuvie, le pourcentage de personnes dont la priorité est le remboursement des soldes de cartes de crédit, marges de crédit et hypothèques a atteint un sommet sans précédent en cinq ans.

D’ailleurs, de plus en plus de firme-conseils constatent l’intérêt d’étendre leurs services aux produits de retraite collectifs. Certains avantages distinguent nettement ces REER collectifs de la plupart des comptes enregistrés individuels, et les conseillers devraient s’assurer d’en informer leurs clients.

Rick Skehan est directeur du fournisseur de régimes collectifs Reuter Benefits qui a la responsabilité d’un actif de plus de 400 millions de dollars. Informer les investisseurs des avantages de leur régime collectif par rapport aux produits individuels offerts aux particuliers est un effort constant, confie-t-il. En effet, les employeurs s’associent rarement à des firmes qui s’efforcent d’informer et de conseiller les membres des régimes.

Pour M. Skehan, transmettre l’information aux membres des régimes revêt une importance primordiale. Sa société organise de nombreuses réunions de groupe et offre des séances de consultation individuelles aux adhérents qui le désirent. « Auparavant, les membres des régimes étaient plus ou moins livrés à eux-mêmes pour choisir leurs placements, sans véritables outils pour leur faciliter la tâche. C’est alors que nous avons décidé d’organiser une réunion annuelle pour expliquer comment divers facteurs économiques affectaient différents régimes. Nous voulons que chaque adhérent sache exactement à quoi s’en tenir en ce qui concerne ses placements et son profil de risque. Ces principes ont fait leur chemin et démontré leur efficacité, et c’est la démarche que nous avons adoptée. »

Les clients ignorent souvent que plusieurs des mandats de placement disponibles dans le cadre d’un régime collectif sont moins onéreux que les produits offerts par les conseillers sur le marché des particuliers. « Dans un régime collectif, ils bénéficient du pouvoir du nombre. Les frais de gestion des placements seront nettement inférieurs pour le même fonds », précise M. Skehan.

Outre une clientèle de particuliers, Ralf Soeder, de la firme ontarienne WFC Insurance Group, dessert environ 40 régimes collectifs. Il précise que les membres des régimes collectifs profitent non seulement des coûts inférieurs qui découlent du nombre, mais aussi de deux autres avantages non négligeables à signaler aux clients : les cotisations de contrepartie versées par l’employeur et un report d’impôt immédiat. « Quand votre employeur verse dans votre compte un montant correspondant à vos versements de 3 %, c’est une excellente raison de choisir un régime collectif, dit-il. Le report d’impôt est immédiat Si vous effectuez des cotisations régulières prélevées sur votre chèque de paie, le service des ressources humaines peut rectifier les retenues à la source afin que vous bénéficiiez immédiatement de l’avantage d’une croissance à l’abri de l’impôt. Mais il s’agira sans doute d’un montant modeste – 35 $ par mois peut-être –, donc pas de grand remboursement ni de report d’impôt à la fin. »

M. Soeder ajoute que les avantages sont suffisamment intéressants pour suggérer aux membres de régimes collectifs externes de conserver leur compte et de l’intégrer à leur REER. De plus, il souligne l’importance de prendre en considération l’actif d’un régime collectif dans la planification financière globale afin d’en optimiser l’apport. « Quand il s’agit de ma clientèle de particuliers, je passe en revue le portefeuille, les relevés d’employé et toutes les options du REER collectif; d’ailleurs c’est là un des atouts de faire affaire avec un conseiller, estime-t-il, car le client a en face lui un interlocuteur apte à analyser sa situation financière dans son ensemble. Il arrive que je conseille d’établir un REER individuel pour contrebalancer un régime collectif dont la composition ne répond pas entièrement aux besoins du client. »

«  Le REER collectif est souvent le choix approprié, surtout si la société verse des cotisations de contrepartie, ajoute M. Soeder. La confiance est l’oxygène de la planification financière; vous vous devez de choisir ce qui convient le mieux au client. C’est précisément pour cette raison que je recommanderais au titulaire d’un régime collectif de ne rien changer s’il bénéficie déjà des services d’un véritable conseiller dont il est satisfait. »

Selon Drew Pritchard, directeur associé à Retirement Solutions by Design, il est malaisé d’inciter les conseillers à consacrer beaucoup de temps à des consultations individuelles, sauf en présence de sommes conséquentes. À cet égard, une société comme la sienne représente une importante valeur ajoutée pour les employeurs. « Susciter l’intérêt des adhérents est un des piliers de la bonne gouvernance des régimes collectifs. Dans le cadre de notre pratique, nous avons constaté que les membres ont le désir et le besoin de mieux comprendre les principes de placement et de répartition de l’actif qui sous-tendent leur régime collectif, note-t-il. Contrairement aux produits individuels, ces régimes n’exigent pas de dépôt minimum. La diversité des outils et des ressources à la disposition des membres est nettement plus importante, pas seulement ceux que nous procurons en tant que société, mais également ceux des émetteurs du régime. »

M. Pritchard fait remarquer qu’avant d’étendre ses fonctions à un rôle fiduciaire, le conseiller doit s’informer des obligations qui lient le fournisseur du régime collectif. « Une tendance amorcée sur le marché des régimes 401(k) aux États-Unis vise à réduire la gamme de fonds parmi laquelle les clients peuvent choisir afin d’accroître l’efficacité du processus de sélection des placements, et cela peut également limiter la responsabilité fiduciaire, ajoute-t-il. Quant à nous, nous avons décidé, entre autres, de présenter des rapports rigoureux et réguliers sur nos méthodes et sur les réactions des employés relatives à nos décisions, qui font partie des documents relatifs à notre gouvernance et aux prévisions d’accumulation du capital, et qui valident le processus. »


Mark Noble est rédacteur financier à Toronto.


Voir en pdf

Retour vers la page d'accueil

Ce supplément de CONSEILLER.ca est commandité par :

Fonds Dynamique

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000