A A A
Crédit

Quand les dettes mangent vos économies

28 avril 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Soixante pour cent des Canadiens estiment que leur taux d’endettement actuel ne leur permet pas d’épargner autant qu’ils le souhaiteraient, dont 31 % affirmant ne pas être en mesure de faire quelque épargne que ce soit, laisse croire un récent sondage effectué pour un regroupement de caisses populaires, dont Credit Union Atlantic.

Bien que plus de 68 % des Canadiens croient que les salariés dans leur ménage démontrent de bonnes habitudes d’épargne, cela ne signifie pas forcément qu’ils soient capables de trouver des façons d’économiser tous les mois, indique-t-on dans le sondage.

En fait, la moitié des Canadiens sont incapables de verser de l’argent dans un compte épargne chaque mois et, selon Statistique Canada, la moyenne des foyers doit 1,63 $ sur chaque dollar de revenu disponible.

Les parents semblent conscients de l’importance de transmettre de bonnes habitudes d’épargne à leur progéniture, alors que 86 % d’entre eux disent souhaiter que les institutions financières jouent un rôle plus important dans l’éducation de la population sur l’épargne et l’endettement. Ils sont également 73 % à croire que les institutions financières ont la responsabilité d’aider les Canadiens à améliorer leur avenir financier.

D’autres conclusions importantes :

  • Plus de la moitié (53 %) des répondants soutiennent que l’épargne et la dette sont deux priorités financières de même importance pour leur foyer, bien que plus de Canadiens (27 %) disent prioriser le remboursement de leur dette plutôt que d’accroître leurs économies (20 %).
  • Quatre sur dix seulement ont dit déterminer un budget et s’y tenir, et 29 % d’entre eux ont indiqué avoir discuté de leurs finances avec un conseiller.
  • 61 % des parents disent qu’ils auraient aimé comprendre plus tôt l’importance d’épargner.
  • 94 % des parents estiment qu’un jeune qui se fait enseigner à économiser tôt en bénéficiera dans le futur et aura une meilleure gestion de ses finances.
  • 44 % des parents parlent d’argent, de finances, de budgets et d’épargnes avec leurs enfants, dont 16 % seulement disent les impliquer dans les prises de décision budgétaire. Un participant sur cinq (19 %) a dit ne rien faire de tout cela.
  • 67 % des parents affirment que leurs enfants ne font aucune mise de côté mensuelle.
  • Entre autres suggestions évoquées pour aider les Canadiens et leurs enfants à avoir de meilleures habitudes de gestion des finances figurent l’offre de produits bancaires pour encourager les bonnes habitudes chez les enfants (62 %) et l’offre de nouveaux produits bancaires mettant l’accent sur les épargnants et non sur les profits des banques (59 %).
  • Quant à savoir quelles étaient les institutions financières qui se distinguaient dans leur soutien aux Canadiens pour améliorer leurs finances, les coopératives d’épargne et de crédit ont été citées avant les banques et d’autres établissements. Soixante-dix pour cent (70 %) des Canadiens estiment que les caisses populaires font un bon travail pour les aider à améliorer leurs finances, contre 66 % pour les banques et 61 % pour d’autres institutions financières.
Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques