A A A
Épargne

Réviser un portefeuille de placements en cinq étapes

1er septembre 2011 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Acheter quand tout le monde vend, voilà une façon en or de réaliser des rendements fantastiques, dit Christine Benz, directrice du service des finances personnelles à Morningstar.

Malheureusement, rares sont les investisseurs qui mettent en pratique cette stratégie pourtant mille fois éprouvée. « Ils vendent en cédant à la panique et bouleversent des placements qui semblaient être sensés au moment où régnaient les esprits calmes. Puis, lorsque le marché recommence inévitablement à grimper, ils se retrouvent à se poser cette question persistante : est-ce le moment de m’y remettre? », note-t-elle.

Lorsque les marchés sont turbulents, on doit concentrer son énergie sur son portefeuille et sa propre situation financière. « Des changements peuvent effectivement s’imposer pour votre programme d’investissement, mais vous ne le saurez pas sans faire un peu d’analyse », souligne l’experte.

Pas besoin d’être docteur en physique nucléaire pour y arriver. En cinq étapes, voici comment réviser un portefeuille de placements.

1. Ayez assez de liquidités
Assurez-vous que vous avez assez de liquidités pour couvrir vos besoins à court terme. De cette manière, les placements en actions à long terme peuvent fluctuer tant et autant, « vous aurez le réconfort de savoir que cela n’affectera pas votre capacité de payer la note d’épicerie », observe Christine Benz. Pour les retraités, cela veut dire de conserver en argent de un à deux ans de frais de subsistance. Pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, des liquidités représentant de trois à six mois de dépenses ménagères, plus de quoi couvrir les factures à court terme qu’ils ne peuvent pas honorer avec leur salaire normal, est une bonne règle d’ensemble. Attention : « Ne faites pas figurer dans ce calcul les liquidités résiduelles de vos avoirs à long terme, comme celles de vos fonds d’actions ou d’obligations », précise-t-elle.

2. Vérifiez votre positionnement à long terme
Les chutes boursières peuvent être alarmantes pour les retraités et les préretraités, tout simplement parce qu’ils ont habituellement plus d’argent investi que les jeunes épargnants. Par exemple, une personne qui a un portefeuille de 800 000 $ avec 60 % d’actions et 40 % d’obligations aurait perdu environ 25 000 $, seulement pendant la journée du 4 août. « Des pertes particulièrement spectaculaires peuvent être symptomatiques d’un problème qu’il faut résoudre. Il se pourrait que vous ayez trop d’argent investi dans les actions pour le stade de votre vie où vous vous trouvez », dit Christine Benz. Par ailleurs une répartition d’actifs peut être parfaite, mais elle peut reposer sur des affectations trop dynamiques. Par exemple, un portefeuille d’actions pourrait contenir trop d’actions de PME, ou un portefeuille d’obligations, trop de titres de sociétés au détriment d’obligations gouvernementales. Il importe alors d’opter pour des titres moins volatils.

3. Sélectionnez vos titres défensifs avec soin
Lorsque les Bourses ont commencé à s’énerver, les fonds baissiers qui vendent des actions à découvert ont profité de la descente. Or, Christine Benz recommande de ne pas investir dans ce type de produits. Pourquoi? Parce que leur rendement sur cinq ans est négatif, fortement même, et que les mouvements brutaux qui caractérisent ces fonds « peuvent aussi être perturbants ». Certes, les obligations gouvernementales et l’or peuvent jouer un rôle défensif mieux défini. L’ennui, c’est que ces deux types de placements ont déjà connu une hausse importante. « Si vous vous tournez vers l’un ou l’autre, faites-le donc très lentement, et seulement une fois que vous aurez vérifié votre participation à ces catégories d’actifs », conseille-t-elle.

4. Assurez-vous que vous profitez des avantages acquis
Durant les périodes instables, les stratégies les plus judicieuses sont celles que l’investisseur peut contrôler. Assurez-vous donc que votre répartition d’actifs à long terme et vos liquidités répondent à vos besoins réels. Augmenter le taux d’épargne ou réduire les dépenses superflues sont des façons garanties d’augmenter la taille de votre bas de laine. Privilégiez tous les abris fiscaux qui sont offerts. Les REER et les CELI sont particulièrement indiqués si vous craignez que vos impôts augmenteront dans l’avenir.

5. Soyez futé
On l’a vu, la meilleure manière de gagner de l’argent est d’être disposé à entrer dans le marché quand les autres ont peur de le faire. « Alors, si vous avez de l’argent à investir ou si vous vous préparez à restructurer des avoirs déjà existants, faites-le dans un esprit à contre-courant », souligne l’auteure.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000