A A A

Un guide québécois sur les fonds éthiques

1er décembre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

On recense aujourd’hui une trentaine de fonds éthiques au Québec. C’est deux fois plus qu’il y a 10 ans. Plusieurs figurent au palmarès des meilleurs fonds canadiens de toutes catégories.

De plus en plus, les caisses de retraite refusent d’investir dans des entreprises dont les activités semblent inacceptables, comme, par exemple, celles liées à l’alcool, au tabac, à l’industrie militaire, au jeu, à la pornographie ou à la production d’énergie nucléaire.

Deux spécialistes en la matière, Chantale Line Carpentier et Michel Marcoux, incitent les Québécois à relever le même défi de consacrer au moins 10 % de leur portefeuille aux fonds éthiques. Dans un nouvel ouvrage intitulé Comment investir dans les fonds éthiques, ils montrent qu’il est possible de faire sa part pour la société tout en atteignant ses objectifs financiers.

Économiste en environnement et agriculture, Chantal Line Carpentier a occupé le poste de chef des programmes relatifs à l’environnement, à l’économie et au commerce à la commission de coopération environnementale de l’ALENA. Depuis 2007, elle est agente principale de développement durable aux Nations Unies.

Loading comments, please wait.