A A A
Comptoir/guichet

« Desjardins était au courant » affirme Marc Dalpé

19 novembre 2011 | Fabrice Tremblay | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Au moment de son recrutement par VMD, et à d’autres moments ensuite, Marc Dalpé a informé ses supérieurs que certains de ses clients avaient des comptes aux Bahamas. M. Dalpé soutient également que son supérieur actuel était mécontent car le groupe DalpéMilette a refusé de renégocier le taux des commissions versées à VMD pour certains types de clients. C’est ce qu’affirme Marc Dalpé dans une déclaration sous serment, rédigée en anglais, et dont Conseiller.ca a obtenu copie.

Les deux parties se sont affrontées en Cour supérieure la semaine dernière. Une entente est finalement intervenue entre VMD d’une part, et d’autre part Marc Dalpé, Jean-Marc Milette et six de leurs employés. Selon l’entente, les deux conseillers en placement ne peuvent solliciter ou ouvrir un compte pour les clients référés par le Mouvement Desjardins durant la période qu’a duré leur association. Cette interdiction est en vigueur jusqu’au 16 mars 2012.

Voici quelques-unes des déclarations (traduites librement) contenues dans l’affidavit signé par M. Dalpé :

« Moins d’un mois avant que M. Milette et moi soyons congédiés par VMD, notre patron, Yves Néron, nous a demandé de renégocier les termes de nos contrats avec VMD.(…) M. Néron a exprimé son mécontentement par rapport au pourcentage des commissions que VMD recevait des clients “référés”, parce que VMD devait payer un frais substantiel pour la référence à l’entité dans le Mouvement Desjardins d’où le client émanait. »

« Quand nous avons joint VMD, j’ai ouvertement informé et discuté des comptes offshore avec mon supérieur Jean-Pierre De Montigny, et M. De Montigny m’a expressément dit de continuer à superviser les comptes offshore. L’allégation contenue dans la requête de VMD selon laquelle nous n’avons pas divulgué les comptes offshore à VMD est tout simplement fausse. »

« M. De Montigny a été remplacé comme notre patron par M. Germain Carrière, anciennement de la Financière Banque Nationale. Les comptes offshore ont été ouverts aux Bahamas dans une filiale de FBN, de telle manière que notre patron, M. Carrière était aussi pleinement au courant que d’anciens conseillers de FNB travaillant pour VMD supervisaient des comptes détenus aux Bahamas.»

Chez Richardson GMP
En début de semaine dernière, on apprenait que le groupe DalpéMilette rejoignait finalement le gestionnaire de portefeuille Richardson GMP. Marc Dalpé et Jean-Marc Milette sont aussi devenus actionnaires de cette société.  Les deux conseillers peuvent donc y apporter leur liste de clients qui n’ont pas été référés par Desjardins. Cela représenterait des actifs sous gestion d’environ 500 millions de dollars. Dans une lettre diffusée sur leur site internet MM. Dalpé et Milette affirmaient : « Nous estimons que la philosophie, la structure, la solidité et l’environnement de Richardson GMP reflètent parfaitement la manière dont nous avons servi nos clients depuis plus de 21 ans. Il est important pour nous de nous associer à un groupe qui partage nos valeurs, dont la rigueur, la qualité, la liberté d’exécution et la performance ».

De son côté, Andrew Marsh, président de Richardson GMP  a affirmé au Globe and Mail : « Il y avait un malentendu entre eux et leur employeur au sujet d’une obligation de divulgation. Ils regrettent ce malentendu et ils ont pleinement coopéré avec Richardson GMP et les organismes de réglementation pour résoudre la situation immédiatement. »

 

Loading comments, please wait.