A A A
Calculatrice

4 conseils aux étudiants pour définir leurs priorités financières

27 août 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Tout comme leurs parents avant eux, les étudiants d’aujourd’hui travaillent l’été pour payer leurs frais de scolarité. Mais lorsque vient le temps de régler la note, ils peinent à boucler leur budget. Pourquoi ? Parce qu’ils utilisent leur revenu à d’autres fins, selon un nouveau sondage réalisé par la TD auprès de jeunes fréquentant l’école postsecondaire.

On y apprend que 25 % des parents déposent une portion de leur revenu d’été dans un compte d’épargne, mais que la proportion se hisse à 43 % parmi les étudiants québécois.

Voyages et maisons

Actuellement, 25 % des jeunes épargnent pour voyager, contre 10 % dans la génération de leurs parents.

Si l’argent gagné pendant l’été sert à payer les droits de scolarité, les dépenses d’études, les frais de subsistance et les loisirs, il est aussi souvent consacré à des voyages et à de gros achats.

Les étudiants sont beaucoup plus susceptibles que ne l’étaient leurs parents d’utiliser leur revenu pour payer des dettes et d’épargner ou pour une mise de fonds sur une propriété.

Comparés à leurs parents, les étudiants d’aujourd’hui sont plus susceptibles d’occuper un emploi à temps partiel (59 %) durant l’année pour payer leurs dépenses facultatives et pour payer leurs dépenses d’études (67 %).

Quelques conseils à prodiguer aux étudiants pour une meilleure gestion de leurs priorités financières :

1- Établir un budget réaliste

Dresser une liste objective des revenus (chèques de paie, bourses, aide de la famille, prêts étudiants) ainsi que des dépenses attendues (droits de scolarité, loyer, livres et frais de subsistance). Tout excédent peut servir à atteindre les objectifs d’épargne et à payer des dépenses facultatives.

2- Prioriser les dépenses

D’abord viendront les dépenses essentielles, comme les droits de scolarité et le loyer, suivies des dettes qui portent intérêt. Les dépenses facultatives viendront seulement après, et il faudra s’assurer qu’elles vaillent la peine ; par exemple, un repas avec des amis plutôt que des repas pris au restaurant tous les midis.

3- Le crédit, ce n’est pas gratuit

La carte de crédit doit être utilisée comme un moyen d’établir une bonne cote de crédit. Le solde doit donc être entièrement réglé afin d’éviter les frais d’intérêt, qui ont un impact négatif sur un budget déjà serré.

4- Maîtriser sa situation financière

Très jeune, il faut apprendre à tirer parti des relevés en ligne pour effectuer les suivis des factures à payer et des taux d’intérêt afférents. On peut aussi établir un plan de remboursement des dettes d’études après l’obtention du diplôme et accroître les versements à mesure que le revenu augmente. L’objectif est de réduire les intérêts payés et stimuler l’économie en vue d’un achat important.

À lire aussi :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques