A A A
Crédit

4 conseils pour former les jeunes à l’utilisation saine du crédit

15 septembre 2014 | Yves Rivard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Mo Belleus, directeur de succursale à la Banque TD

Mo Belleus, directeur de succursale à la Banque TD

En cette période de rentrée scolaire, bon nombre de nouvelles dynamiques s’instaurent. Dans ce contexte, l’importance de bien former les étudiants aux meilleures pratiques de crédit relève de l’impératif moral. Mo Belleus, directeur de succursale à la Banque TD, a accepté de se prêter à l’exercice en livrant quatre conseils à l’attention des parents.

1) Instaurer de bonnes habitudes

« Une des meilleures approches possibles pour le parent est de faire part de ses expériences de crédit, les bonnes comme les moins bonnes. Cela permet de rendre les méthodes et pratiques plus concrètes pour un adolescent ou un jeune adulte. »

2) Viser l’établissement d’un bon dossier

« Il importe d’expliquer de manière générale pourquoi on a recours à une carte de crédit et, plus spécifiquement, pourquoi à cet âge. Le jeune doit être en mesure de comprendre qu’un moment viendra où il pourra bénéficier d’un bon dossier de crédit, notamment lors d’une demande de prêt pour l’achat d’une voiture. Afin de bâtir ce dossier, il doit saisir l’importance de régler l’intégralité des achats à la fin du mois. »

3) Un contexte défini pour une expérience positive

Selon M. Belleus, le meilleur scénario d’apprentissage est celui où le parent fait émettre une seconde carte de crédit, dont la limite se situe à 500 $. Celui-ci est alors à même d’observer quelles dépenses sont effectuées au moyen de la carte, et ainsi de suggérer des changements de comportement de consommation. « En tout temps, le parent doit s’assurer que le jeune adulte comprenne qu’il ne s’agit pas d’une carte cadeau et que tout doit être remboursé », fait valoir M. Belleus.

L’utilisation d’une carte prépayée ne serait-elle pas plus adéquate, le jeune devant remettre la somme initiale chaque mois? « L’idée est certainement bonne, mais le but est de stimuler le réflexe de rembourser pour éviter les frais », précise M. Belleus.

4) Sensibiliser à la protection de données personnelles

« Éduquer le jeune à l’importance de la confidentialité et de la protection des données bancaires est primordial, souligne Mo Belleus. L’adolescent ou le jeune adulte doit comprendre que c’est comme s’il avait 500 $ dans ses poches et qu’il n’est pas bon que tout le monde en soit informé. » Le jeune détenteur doit protéger sa carte au même titre qu’un vélo ou un autre objet de valeur.

« L’important demeure toujours de signaler le plus rapidement possible la perte ou le vol de la carte ou des codes », rappelle M. Belleus.

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques