A A A
Crédit

5 pièges financiers à éviter pour les étudiants

3 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’expression est connue et elle n’est pas synonyme d’agréable : « vivre comme un étudiant ». Mais lorsqu’elle décrit la réalité des enfants de vos clients, que signifie-t-elle précisément? Comme tout bon conseiller vous le répondra : le moment de prendre des décisions responsables concernant la tenue d’un budget et l’utilisation du crédit.

Voici cinq pièges qui guettent les étudiants inscrits à une formation postsecondaire, selon Melissa Leong, du Financial Post.

1- Ignorer le budget

Si les enfants n’ont jamais établi de budget auparavant, ils devront prendre note des sources de revenu (prêt étudiant, bourses, emploi, contributions parentales, etc.) et ensuite dresser une liste des dépenses fixes (frais d’inscription, matériel scolaire, nourriture, loyer, etc.). Ils devront ensuite soustraire les dépenses des revenus. S’il reste quelque chose, ils pourront décider de le dépenser en extras (vêtements, billets de spectacles, sorties, etc.).

2- Traiter le crédit comme une gratuité

D’un côté, les jeunes sont confrontés aux attitudes YOLO (you only live once – on ne vit qu’une fois) et FOMO (fear of missing out – la peur de rater quelque chose), qui encouragent à dépenser maintenant. De l’autre, la réalité d’avoir à rembourser les prêts étudiants, ce qui fait alors considérer le voyage d’été en Europe comme une moins bonne idée. Abuser de la carte de crédit en négligeant les dates de paiement ou en la gardant toujours près du seuil maximal n’aura que des effets négatifs sur la cote de crédit, effets qui seront principalement ressentis plus tard dans la vie.

3- Manquer de vision

Pourquoi l’enfant est-il à l’école? Pour augmenter ses chances de réussite dans le futur. Il doit ainsi faire preuve de vision et penser aux moments où il aura besoin d’acheter une voiture ou louer un appartement, et où une bonne cote de crédit sera nécessaire.

L’étudiant doit aussi prévoir trouver un emploi, prendre du temps pour réseauter ou acquérir une expérience de travail pertinente, que ce soit à travers un stage, un emploi à temps partiel ou du bénévolat lié à son champ d’études.

4- Négliger le secret des informations personnelles

En plus d’être maintenant gestionnaires de leur argent, les jeunes deviennent responsables de garder secrètes leurs informations personnelles. Les étudiants sont des cibles parfaites pour les voleurs en raison de leur historique de crédit vierge, explique Ken Chaplin, vice-président senior chez TransUnion.

« Lorsque vous signez pour l’obtention d’une carte de crédit sur un campus, on vous attire avec un chandail ou un Frisbee gratuit, mais dans les faits, vous acheminez toutes vos informations personnelles dans un espace public. Vous mettez ainsi votre identité à risque. Si vous décidez de remplir une demande de crédit, faites-le en ligne ou demandez s’il existe un autre endroit pour le faire », recommande M. Chaplin.

Les étudiants doivent également veiller à protéger mots de passe, numéros d’identification personnels  (NIP) et d’assurance sociale, etc.

5- Manquer des occasions de bourses ou de prix

Plusieurs personnes, entreprises, causes humanitaires et groupes communautaires offrent de l’argent gratuit sous forme de bourses en fonction de différents critères (notes, travail communautaire, besoins financiers, performances sportives, etc.). Si l’enfant est actuellement inscrit au secondaire, une visite des sites ScholarshipsCanada.com ou StudentAwards.com pourrait faire la différence.

S’il fréquente le cégep ou l’université, le bureau d’aide financière est en mesure de fournir l’ensemble des informations selon le profil. Il ne faut pas traîner. Il importe de tenir compte des dates limites de soumission de candidature.

À lire aussi :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques