A A A
Épargne

Puiser dans son fonds d’urgence pour des dépenses non essentielles

15 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Puiser dans un fonds d’urgence pour des besoins non essentiels peut compromettre la sécurité financière. Selon un récent sondage BMO, les deux tiers des Canadiens retirent en moyenne 7995 $ dans leurs épargnes pour des dépenses non urgentes : appareils électroniques, rénovations non essentielles, vacances ou gros cadeaux en tête de liste.

Des disparités sont observables entre les sexes, la gent féminine étant plus susceptible de retirer des sommes pour régler des dépenses non urgentes, alors que les hommes y puisent plus d’argent, selon le document.

  • 68 % des femmes puisent dans leur épargne, par rapport à 61 % des hommes ;
  • les hommes retirent en moyenne 10 351 $ pour une dépense non urgente, comparé à 5 920 $ pour les femmes ;
  • les vacances, les rénovations domiciliaires et les gros cadeaux sont les trois principales dépenses non urgentes des femmes ;
  • celles des hommes sont les vacances, les appareils électroniques et les rénovations domiciliaires.

« Bien qu’il soit encourageant de constater que les Canadiens considèrent que leur épargne est principalement réservée aux urgences, leur tendance à puiser dans leurs fonds pour se payer de petits plaisirs pourrait compromettre leur sécurité financière. Une meilleure approche serait de se réserver un fonds pour les loisirs et les petits plaisirs, afin de mieux contrôler ses dépenses », estime Christine Canning, chef, Produits bancaires courants, BMO.

  Différences entre sexes
  Hommes Femmes
Ont utilisé leurs fonds d’urgence pour une dépense non urgente 61 % 68 %
Montant pris pour couvrir une dépense non urgente 10 351 $ 5 920 $
N’ont jamais remplacé l’argent retiré du fonds 17 % 27 %
Montant moyen de l’épargne en prévision des jours difficiles 37 446 $ 32 856 $


La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques