A A A
Baisse économique

8 réalités actuelles qui inquiètent les investisseurs

2 février 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Chute du pétrole, mises à pied massives, instabilité politico-économique en Grèce et premiers signes d’une possible guerre des devises : l’année 2015 débute de façon brutale pour les investisseurs. Mais d’autres facteurs pourraient également influer sur les attentes et prévisions au cours de 2015.

Pamela Heaven, du Financial Post, a recueilli les impressions de David Rosenberg, chef économiste chez Gluskin-Sheff, qui dresse une liste des huit principales causes d’inquiétude recensées auprès des investisseurs en ce début d’année.

1) Les marchés baissiers sont de retour

La Bourse américaine a entamé la nouvelle année avec une volatilité en hausse, laissant plus ou moins les marchés baissiers aux commandes.

2) Vision trouble

Le contexte technique du marché boursier est confus et les évaluations pressent l’extrémité supérieure de la fourchette de ce cycle, selon David Rosenberg.

3) Des attentes déçues

Pour l’heure, la saison des bénéfices nets est décevante, particulièrement en ce qui a trait aux manques à gagner et à la tendance baissière en cours.

4) Les coupes dans les dépenses en capital

« Le secteur des dépenses en capital a continué de décliner aux États-Unis, alors que les commandes de biens d’équipement ont fléchi au cours des quatre derniers mois de 2014 », observe David Rosenberg.

5) La tragédie grecque

La victoire du parti Syriza en Grèce et la perspective de négociations difficiles de la dette avec la Troïka (le triumvirat composé du Fonds monétaire international, de l’Union européenne et de la Banque centrale européenne) a créé une certaine inquiétude du côté des investisseurs qui privilégient la stabilité.

6) Un hiver long et froid pour la Russie

La stratégie de l’agence de notation Standard and Poor’s, qui a réduit la note d’endettement russe au rang d’obligations de pacotille (BB+), a eu pour effet d’affaiblir le rouble et les perspectives économiques, déjà plutôt moroses.

7) Un ton plus sévère

« Les dirigeants de la Réserve fédérale et la direction de la Banque d’Angleterre parlent toujours de déplacer leur politique de taux zéro au milieu de l’année, plutôt que dans les derniers mois », note David Rosenberg.

8) La guerre des devises

Les investisseurs s’inquiètent de plus en plus de la possibilité d’une guerre des devises. Deux faits confirmeraient cette éventualité : la révision à la baisse du yuan chinois, sanctionnée par Beijing, et l’excellente performance de l’or. « Combien de gens savent que le lingot d’or s’est classé en tant que seconde meilleure devise mondiale en 2014? », demande David Rosenberg.

Et vous, conseillers, quelles sont vos appréhensions économiques en ce début d’année? Faites-nous part de vos commentaires sur notre page Facebook.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques