A A A
Justice

À 19 ans, il s’improvise courtier en valeurs…

22 octobre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Un résident de l’Île-Perrot de 19 ans a bien tenté de mener une double vie, mais ça ne lui a pas réussi. S’improvisant tour à tour courtier en valeurs, gestionnaire de portefeuille, informaticien et spécialiste en marketing, Simon Vodovos a tôt fait de se faire rattraper par les autorités.

Le Bureau de décision et de révision (BDR) a récemment accepté d’entériner la suggestion commune de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et des intimés Simon Vodovos et Vilaron Compagnie afin qu’une pénalité administrative leur soit imposée.

En mai 2013, l’Autorité avait notamment réclamé au BDR que leurs sites Internet soient fermés et que des pénalités de 8 000 $ leur soient imposées parce qu’ils avaient agi illégalement à titre de courtiers, de conseillers ou de gestionnaires de fonds d’investissement.

L’AMF avait aussi demandé une ordonnance d’interdiction d’agir à titre de conseillers en valeurs et de gestionnaires de fonds d’investissement, ainsi qu’une ordonnance d’interdiction d’opérations sur valeurs.

Elle avait également exigé que Vilaron, société dont Simon Vodovos est actionnaire majoritaire et président-directeur général, soit condamnée à payer une autre pénalité de 5 000 $ pour avoir fourni de l’information fausse ou trompeuse dans le cadre d’un prospectus et à l’un de ses enquêteurs.

Un « risque important » pour le public

L’AMF note que le jeune homme, qui habite chez ses parents, s’est improvisé, par l’entremise de diverses sociétés, courtier en valeurs, gestionnaire de portefeuille, fournisseur de services Internet, développeur informatique, fournisseur de services de marketing, notamment.

Or, souligne-t-elle, « par leurs représentations ou leurs gestes, Vilaron et Vodovos enfreignent activement les articles 148, 149, 196 et 197 de la Loi sur les valeurs mobilières, et présentent, ce faisant, un risque important auprès du public ».

« Opportunités d’investissement »

Dans l’un des sites lui appartenant, l’intimé faisait par exemple la promotion d’« opportunités d’investissement et de placements » dans une compagnie baptisée SPFX Realty Group, qui était à la recherche d’un million de dollars « afin de faire l’achat de propriétés pour revente à profit », relève l’Autorité.

Simon Vodovos a reconnu devant le Bureau, personnellement et à titre d’unique actionnaire et administrateur de Vilaron, l’ensemble des faits et manquements qui lui étaient reprochés.

Il a par ailleurs consenti à cesser toute activité à titre de conseiller en valeurs et de gestionnaire de fonds d’investissements, à la fermeture des sites Internet visés et au paiement conjoint et solidaire avec Vilaron d’une pénalité administrative totale de 13 000 $.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques