A A A
Argent

Achat de Standard Life Canada : Manuvie va de l’avant

16 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Donald Guloien, président et chef de la direction, Manuvie (à gauche), et David Nish, chef de la direction de Standard Life plc, se rencontrent à Montréal à l'€™occasion de l'€™annonce de l'€™acquisition par Manuvie des activités canadiennes de Standard Life plc. (Groupe CNW/Société Financière Manuvie)

Une nouvelle étape est franchie dans l’achat des actifs canadiens de Standard Life par Manuvie. Cette dernière a annoncé hier la conclusion de l’offre en reçus de souscription, qui lui a permis de recueillir environ 2,26 G$.

Cette opération était destinée à compléter le financement du rachat pour 4 G$.

Manuvie a vendu environ 1,76 G$ en reçus de souscription à un syndicat de preneurs fermes au titre d’une convention de prise ferme s’inscrivant dans le cadre d’un appel public à l’épargne.

Ce montant tient compte du fait que le syndicat a pleinement exercé son option d’attribution excédentaire, précise le groupe canadien.

500 M$ de la Caisse de dépôt

La Caisse de dépôt et placement du Québec a par ailleurs effectué un placement privé de 500 M$ en reçus de souscription.

Les reçus vendus dans le cadre de l’offre publique seront négociés à la Bourse de Toronto sous le symbole boursier « MFC.R ».

Le produit net de leur vente sera confié à un dépositaire légal d’ici la conclusion de l’acquisition des activités canadiennes de la société écossaise Standard Life. La transaction devrait être conclue au premier trimestre de 2015.

Les reçus de souscription ont été offerts au public en vertu d’un supplément de prospectus daté du 5 septembre 2014, qui se rapporte au prospectus préalable de base simplifié de Manuvie daté du 23 juin 2014.

Pas inscrits aux États-Unis

À noter qu’ils n’ont pas été inscrits aux États-Unis et ne le seront pas, en vertu de la loi américaine sur les valeurs mobilières de 1933 (Securities Act of 1933) et de ses modifications.

Ils ne pourront donc pas être offerts ni vendus de l’autre côté de la frontière, à des Américains, à leur nom ou pour leur bénéfice sans leur inscription ou l’exemption de leur inscription en vertu de cette loi et des lois sur les valeurs mobilières des États des États-Unis.

 
 
 
 
La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.