A A A

Affaire Triglobal : autre administration provisoire, autre ordonnance de blocage

30 janvier 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Dans la foulée de l’affaire Triglobal, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a obtenu la nomination du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton à titre d’administrateur provisoire d’une série d’entreprises dirigées de près ou de loin par Thémistoklis Papadopoulos et Mario Bright.

C’est que ces deux individus liés à Triglobal s’apprêtaient à vendre un immeuble évalué à plusieurs millions de dollars, même si une ordonnance de blocage précédemment émise en décembre dernier le leur interdisait. En outre, deux compagnies à numéro contrôlées par ces individus continuaient d’encaisser plusieurs centaines de milliers de dollars.

L’AMF a aussi obtenu une nouvelle ordonnance de blocage et d’interdiction de négocier à l’endroit de sociétés et de personnes associées à Triglobal. En effet, l’AMF a découvert que deux représentants, Brian Ruse et David Mizrahi, auraient vendu illégalement des fonds Focus sans être inscrits à titre de courtier en valeurs. De plus, ces fonds n’étaient visés par aucun prospectus.

Par ailleurs, à la suite d’une collaboration entre la Commission des valeurs mobilières des Bahamas et l’AMF, la Cour suprême des Bahamas a ordonné le 25 janvier dernier la liquidation de Ivest Fund. Elle a nommé Raymond Chabot Grant Thornton à titre de co-liquidateur.

Depuis le début de son enquête, l’AMF a constaté des placements illégaux dans des paradis fiscaux auprès des sociétés Focus Management et Ivest, qui ont leur siège social respectivement aux  Îles Caïmans et aux Bahamas. Ces placements étaient offerts par Triglobal auprès de particuliers et d’entreprises. Des Québécois ont investi entre 10 000 $ et 350 000 $ chacun, entre 1997 et 2007, auprès de Focus ou d’Ivest par l’entremise de représentants, de personnes liées et de dirigeants de Triglobal.

Loading comments, please wait.