A A A
Établissements

Amende record pour Bank of America

8 août 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le chiffre est sorti : Bank of America (BofA), deuxième banque américaine en matière d’actifs, devra allonger près de 17 milliards de dollars pour régler l’affaire des prêts toxiques à l’origine de la crise financière de 2008.

Après de laborieuses négociations, BofA se serait finalement entendue avec le département de la Justice américain (DoJ) pour verser entre 16 et 17 milliards de dollars, rapporte l’AFP d’après une source anonyme au cœur des pourparlers.

Cette somme record, qui devrait être officialisée incessamment, relègue au second rang le montant payé par JPMorgan Chase à l’automne 2013, soit 13 milliards de dollars, pour échapper aux poursuites découlant des crédits immobiliers à risque ayant aussi joué un rôle capital dans cette crise.

Détails du paiement

Pour l’heure, BofA devrait verser 9 milliards de dollars en argent sonnant au DoJ, à des États et à des agences gouvernementales. La somme restante sera comblée par d’autres moyens de dédommagement, dont des réductions de prêts et une aide aux clients qui voudraient acheter une maison dans l’une des zones laissées exsangues par la crise.

Rappel des faits

– BofA est accusée d’avoir commercialisé, avant la crise, des placements adossés à des crédits immobiliers fragiles qui ont fait perdre des milliards de dollars aux investisseurs ayant eu le malheur d’en faire l’acquisition. Ces prêts découlaient des produits financiers complexes RMBS (Residential Mortgage-Backed Securities) et CDO (titres dérivés adossés à des crédits immobiliers).

– BofA en a vendu pour 57 milliards de dollars.

– À ce jour, BofA a payé plus de 50 milliards de dollars aux autorités américaines et à des investisseurs lésés dans ce dossier. Il s’agit jusqu’ici de l’institution financière ayant payé le plus cher sa responsabilité dans la crise de 2008.

À lire aussi :
Citigroup paiera une amende de 7 milliards
Bank of America devra payer 772 millions
Risques : les banques canadiennes mieux préparées que les autres
Bank of America devra revoir ses comptes

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques