A A A
Assurance

Assurance par Internet : un appui de taille pour l’AMF

7 avril 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Corporation des assureurs directs de dommages du Québec (CADD) « salue » les orientations retenues par l’Autorité des marchés financiers (AMF) en matière d’offre d’assurance par Internet au Québec.

Regroupant la majorité des assureurs directs de dommages actifs dans la province, l’organisme juge qu’il s’agit « d’une approche équilibrée qui reconnaît la nécessité de protéger les consommateurs tout en procurant à ces derniers la possibilité de choisir le mode de distribution qui leur convient ».

Avoir des clients bien outillés

Les consommateurs « doivent avoir accès à de l’information de qualité dans tous les modes d’interaction et canaux de distribution », poursuit la CADD. En effet, s’ils sont mieux informés, ils seront « en meilleure position pour faire des choix éclairés répondant à leurs besoins en matière de services financiers », ce qui contribuera ainsi à obtenir « un marché financier sain ».

La Corporation estime que, dans ce domaine, les échanges par Internet représentent « un moyen efficace » de s’assurer que les clients sont « pleinement outillés pour comprendre et choisir le produit qui convient le mieux à leurs besoins ».

D’autant que ceux qui le souhaitent ont toujours le choix de contacter un agent ou un courtier d’assurance certifié à leur convenance, précise-t-elle.

Interactions conviviales

Par ailleurs, comme leurs besoins évoluent constamment, à l’instar de la technologie qui rend possibles les interactions en ligne, la CADD croit que le cadre réglementaire concrétisant l’application des orientations de l’AMF « doit demeurer suffisamment flexible pour s’adapter » à cet environnement fluctuant.

De plus en plus friands de services en ligne, les consommateurs « s’attendent à une prestation de services de qualité et flexible lorsqu’ils effectuent des transactions sur Internet, quelle qu’en soit la nature », soutient la Corporation.

Sa conclusion : ils sont donc en droit « d’espérer une interaction aussi conviviale que celle qu’ils apprécient lorsqu’ils concluent d’autres types de transactions financières sur Internet ».

La rédaction vous recommande :

L’offre d’assurance via Internet, c’est possible

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques