A A A

Au tour de l’Industrielle Alliance de décevoir les investisseurs

8 mai 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Après la Financière Sun Life mardi, l’Industrielle Alliance a présenté mercredi des résultats financiers qui n’ont pas impressionné les investisseurs. En effet, l’action de l’assureur de Québec a reculé de près de 4 % pour clôturer à 37,92 $.

Pourtant, l’Industrielle Alliance a affiché un bénéfice net de 61,7 millions de dollars au 1er trimestre de 2008, en hausse de 7 % sur l’an dernier. Cette amélioration de la rentabilité s’est traduite par un rendement des capitaux propres de 14,4 %, ce qui se situe au milieu de la fourchette de 13 % à 15 % visée par l’entreprise.

Mais les investisseurs semblent avoir sourcillé sur deux points.

Premièrement, le bénéfice trimestriel a été amputé d’une somme de 1,6 million de dollars, résultat de l’application de nouvelles normes comptables sur les instruments de dettes. L’Industrielle Alliance insiste pour dire qu’il s’agit d’une perte temporaire qui sera récupérée d’ici l’échéance des instruments de dette et qui ne «touche donc pas la qualité des résultats de la société». Si l’on exclut cet élément, le bénéfice net s’élève à 63,3 millions de dollars, en hausse de 9 % par rapport au 1er trimestre de 2007.

Deuxièmement, l’Industrielle Alliance a vu ses primes et dépôts diminuer de 16 % à 1,4 milliard de dollars. Il s’agit de la première baisse de ce genre en quatre ans. L’assureur explique ce fléchissement par la sous-performance de son secteur des produits d’épargne et d’investissement, pénalisé par le recul et la volatilité des marchés boursiers. Les ventes de fonds communs, par exemple, ont chuté de 20 % au cours de cette période. Dommage, car les trois secteurs des produits d’assurance (individuelle, collective et de dommages) ont poursuivi leur croissance au cours du trimestre.

Yvon Charest, pdg de l’Industrielle Alliance, a souligné que l’un de ses objectifs est d’accroître les réseaux de distribution «de manière à pouvoir profiter de la croissance lorsque les marchés reprendront». À cet effet, il faut noter l’acquisition, au cours du 1er trimestre, de la United Family Life Insurance Company, une société coquille aux États-Unis. Cet investissement de 33 millions de dollars permettra à l’Industrielle Alliance d’exercer des activités à partir d’une filiale américaine dans 49 des 50 États de nos voisins du Sud.

Au 31 mars 2008, l’Industrielle Alliance avait un actif sous gestion et sous administration de 50,3 milliards de dollars, soit pratiquement le même montant qu’en 2007.

Loading comments, please wait.