A A A

Blogues

Annie Bienvenue / Bien communiquer, c'est vendre

Bien communiquer, c'est vendre | Annie Bienvenue

Avoir confiance ou tromper son cerveau?

26 novembre 2015 | Commenter

La confiance en soi permet de dégager une certaine assurance. Les gens qui possèdent ce trait de caractère sont beaucoup plus charismatiques et parviennent davantage à attirer les gens vers eux. Nous avons tous ce désir de transpirer la confiance et d’avoir l’aisance de ces gens qui avancent dans la vie avec détermination. Mais comment peut-on avoir l’air sûr de soi malgré le stress, le syndrome de l’imposteur ou l’insécurité?

Développer la confiance de l’intérieur

On sait que le corps exprime nos pensées, donc tout notre non verbal est entièrement en lien avec ce qu’on pense. Si nos pensées sont positives, que nos difficultés deviennent des opportunités, que nous acceptons nos doutes sans remettre notre propre valeur en question, nous arrivons à développer de la confiance en soi. Comme le non verbal ne sait pas mentir, les signes ne trompent pas. Lorsqu’on est positif :

• notre corps s’ouvre et notre visage devient souriant et détendu;

• notre gestuelle monte vers le haut et est plus précise, plus ample;

• notre voix est plus assurée, etc.

Donc, lorsqu’on est en confiance, les pensées qu’on crée envoient de l’information à notre corps et c’est pourquoi on a plus de facilité à s’ouvrir. Au contraire, quand on se sent menacé, on a tendance à se replier sur soi, car notre cerveau envoie un message de danger à notre corps pour qu’on se protège.

Les causes des pensées négatives sont nombreuses :

le trac, un stress momentané avant une performance;

la peur du jugement des autres qui augmente dans une situation de hiérarchie;

le syndrome de l’imposteur, etc.

Tout ceci est géré par notre hamster qui se fait un malin plaisir à remuer les pensées paralysantes. Mais comment déjouer notre hamster?

Développer la confiance de l’extérieur

Le cerveau envoie des informations à notre corps, mais il ne faut pas oublier que le corps, de son côté, renvoie dix fois plus de messages au cerveau. Il est donc possible de tromper notre cerveau et de changer nos pensées en changeant notre posture et notre gestuelle.

En adoptant la posture ou la gestuelle d’une personne en confiance (comme se mettre les mains sur les hanches pendant environ 10 minutes), notre cerveau va finir par y croire.

Par exemple, il est impossible de rire et d’être en colère en même temps. Si on arrive à faire rire une personne fâchée, son énergie change presqu’instantanément. C’est d’ailleurs toute la philosophie derrière le yoga du rire qui part du principe que le cerveau ignore la raison pour laquelle on rit. Après un moment, même si notre rire est forcé et mécanique, le cerveau libère les hormones qui détendent et rendent heureux. Voilà la preuve qu’on peut travailler de l’extérieur pour changer l’intérieur.

Voici quelques petites recettes pour dégager de l’aisance dans les prises de parole :

le regard. Assurez-vous qu’il est franc et regardez les gens dans les yeux;

obligez votre corps à rester ouvert surtout dans la région du cœur;

pratiquez la cohérence cardiaque pour demeurer dans le moment présent et garder le contrôle sur votre hamster;

écoutez de la musique qui vous rend heureux en vous rendant à votre rendez-vous;

chantez à tue-tête dans votre voiture si vous êtes stressé;

faites de l’exercice physique pour éliminer les toxines du stress et donner de la fluidité à votre gestuelle.

Est-ce que c’est le corps qui modifie les pensées ou les pensées qui modifient le corps? Peu importe, si dans certaines situations vous n’arrivez plus à maitriser votre hamster, travaillez sur votre corps et vous arriverez au même résultat.

Les opinions exprimées dans les blogues n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Conseiller.ca.
  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Loading comments, please wait.

Les articles...