A A A
Calculatrice

Avoir la « bosse » de la finance

16 avril 2014 | Laurence Hallé | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le taux d’endettement des ménages au pays a atteint des sommets inégalés au cours des dernières années, une situation qui peut notamment s’expliquer par le manque de connaissances des Canadiens en matière de finance.

C’est que pour plusieurs contribuables, les questions liées à la cote de crédit, à l’épargne en vue de la retraite ou encore à l’hypothèque, par exemple, demeurent nébuleuses et opaques. Tant et si bien qu’Ottawa a récemment lancé différentes initiatives pour aider les Canadiens à mieux s’outiller et prendre des décisions financières plus éclairées.

Une chef du développement de la littératie

La plus récente mesure prise par Ottawa est la création d’un poste de chef du développement de la littératie financière du Canada, qui sera assuré par Jane Rooney, a annoncé mardi le ministère fédéral des Finances.

La création d’un tel poste faisait par ailleurs partie des recommandations du Groupe de travail sur la littératie financière, dont le rapport a été rendu public en mars 2011.

L’Association des banquiers du Canada (ABC) a salué cette nomination, soulignant que la présence de Mme Rooney permettrait d’améliorer la coordination entre les programmes de littératie financière déjà existants. « (Cela) permettra de faire en sorte qu’un plus grand nombre de Canadiens aient accès aux compétences et aux outils nécessaires pour mieux gérer leurs finances », a indiqué dans un communiqué le président de l’ABC, Terry Campbell.

Mme Rooney a quant à elle souligné l’importance pour les Canadiens de « prendre des décisions éclairées pour consolider leurs finances personnelles tout en appuyant l’économie en général ».

« J’accepte avec plaisir ce mandat important, qui prévoit d’abord la tenue de consultations en prévision de l’élaboration d’une nouvelle stratégie nationale qui sera avant tout axée sur les besoins des aînés », a-t-elle mentionné par voie de communiqué.

À lire :
Littératie bien ordonnée commence par soi-même
L’éducation des investisseurs : oui, mais laquelle?

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques