A A A
Économie

Baisse des mises en chantier domiciliaires pour 2015

22 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Une croissance de 1 % des mises en chantier est attendue en 2014, mais une baisse de 3 % est anticipée pour 2015, prévoit l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Cette dernière se dit préoccupée par « l’état incertain du marché de la construction résidentielle » et par les autres données inscrites à son portrait Prévisions économiques 2014-2015, dévoilé dans le cadre de son 53e congrès annuel.

« Après une année 2013 très décevante où les mises en chantier ont diminué de 20 %, nous observons une relative stabilisation du marché résidentiel. Néanmoins, avec 37 000 mises en chantier, l’année 2015 sera la plus faible enregistrée au cours de la dernière décennie et l’environnement incertain nous amène à croire qu’il sera difficile de renverser la situation », s’inquiète Georges Lambert, économiste à l’APCHQ.

Des obstacles de taille

Les obstacles à une reprise plus soutenue des mises en chantier seraient assez nombreux pour que les faibles taux d’intérêt ne puissent que contrebalancer et non pas dynamiser le marché.

L’accès à la propriété se fait aussi plus difficile. Chiffré à 61 %, le taux de propriété des ménages québécois est en-deçà de la moyenne canadienne à 69 %. L’APCHQ, à l’instar de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, considère que le resserrement de certaines règles, dont la réduction de la période d’amortissement maximale pour un prêt hypothécaire, a eu un effet négatif sur l’accès à la propriété pour près de 40 000 ménages.

De 2011 à 2013, l’APCHQ a enregistré un recul de 11 % du nombre de premiers acheteurs dans le marché de la construction résidentielle neuve. Un contexte qui explique la hausse du nombre de mises en chantier du marché locatif au cours de la même période.

Une baisse de popularité pour la maison individuelle a également été recensée. Constituant encore 31 % du marché en 2014, ce secteur devrait diminuer de 13 % pour la période 2013 à 2015 selon les pronostics de l’APCHQ, passant de 13 144 à 11 415.

Nouvelles données sur la rénovation

Des nouvelles données complètes sur chaque région du Québec ont permis de dresser un portrait plus précis du secteur de la rénovation, qui représente près de 60 % du secteur de l’habitation. Ainsi, pour 2013, le nombre d’emplois à temps plein de ce secteur a dépassé les 105 000 pour une valeur économique cumulée surpassant les 11,5 G$.

Toujours selon l’APCHQ, l’effet des crédits d’impôt ÉcoRénov et LogiRénov, instaurés respectivement en 2013 et en 2014, se ferait sentir, ceux-ci comptant pour 50 % de la croissance prévue des dépenses de rénovation en 2014 et 2015. Sans leur effet incitatif, la croissance prévue se serait soldée à 5 % au lieu de 10 %. Leur apport combiné prévu pour la fin de 2015 se chiffre à 1,8 G$.

Plus de copropriétés

Pour l’année 2014, les chiffres sont à la hausse en matière de construction : 13 199 copropriétés et 8445 unités locatives, des augmentations respectives de 1420 et 364 unités par rapport à 2013.

La donne devrait être différente en 2015 alors que l’APCHQ table sur la mise en chantier de 12 955 copropriétés – une baisse de 244 unités – et de 8755 unités locatives – une hausse de 310 unités.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.