A A A
Calculatrice

Bank of America devra revoir ses comptes

1er mai 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Bank of America (BofA) s’est trompée dans ses comptes! La deuxième plus importante banque de dépôt des États-Unis a annoncé en début de semaine qu’elle devait suspendre son programme de rachat de titres de quatre milliards de dollars, ainsi que l’augmentation prévue de son dividende trimestriel.

Tout cela à cause d’une erreur de calcul de ses fonds propres à la suite de l’acquisition de la banque d’affaires Merrill Lynch en 2009, en pleine crise financière. Dans les faits, BofA en détient une moins grande quantité que cela avait été estimé à l’origine.

L’institution financière a découvert le problème après la publication de ses résultats trimestriels, le 16 avril, et elle a aussitôt averti la Réserve fédérale (Fed).

Cette dernière lui a donné 30 jours pour présenter un nouveau plan de distribution de capital.

« Aucun impact » sur les actionnaires

BofA « a rapporté de façon incorrecte des données utilisées dans le calcul des ratios de capitaux » qui ont servi de base aux tests de résistance publiés fin mars, a précisé la Banque centrale américaine, qui lui a demandé de corriger les erreurs dans le calcul de ses capitaux réglementaires.

Cet incident pourrait l’obliger notamment à revoir à la baisse ses projets en matière d’attribution de dividende et de rachat d’actions. Jusque-là, elle comptait augmenter son dividende d’un cent à cinq cents par action ordinaire.

Dans un communiqué, la banque de Charlotte (Caroline du Nord) a précisé qu’il y aurait « une révision à la baisse des montants et des ratios de capitaux précédemment annoncés ». Toutefois, elle assure que ces erreurs n’ont « aucun impact » sur les comptes consolidés ni sur les parts des actionnaires.

En 2011, la Fed avait déjà mis son veto à une augmentation de dividendes en raison d’un niveau de fonds propres qu’elle jugeait insuffisant.

À lire : Bank of America devra payer 772 millions

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques