A A A
Établissements

Banques : palmarès des plus grosses amendes de l’histoire

27 avril 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Dans un contexte où les scandales financiers se succèdent à un rythme effréné et où les amendes imposées atteignent des records, Le Figaro a eu l’idée de dresser un tableau des 15 banques ayant défrayé les manchettes des 36 derniers mois pour cause de pénalités financières colossales. Trois institutions bancaires américaines occupent le peloton de tête de ce palmarès dont la valeur globale se chiffre, à ce jour, à 55 G $US.

Les chiffres, tirés, entre autres, des archives de Thomson Reuters, de la Securities and Exchange Commission (SEC) et du Trésor américain, placent ainsi Bank Of America (BoA) au sommet avec une note de frais se situant entre 16 et 17 G $US pour vente abusive de prêts hypothécaires.

JP Morgan occupe la seconde position avec des amendes totalisant 13 G $US pour vente abusive de prêts hypothécaires. Pour avoir violé plusieurs sanctions et contrevenu à un embargo américain, BNP Paribas s’inscrit en troisième place avec une note de 9 G $US.

Citigroup et Crédit Suisse suivent aux quatrième et cinquième rangs avec des amendes de 7 G $US et 2,6 G $US, respectivement pour vente abusive de prêts hypothécaires et aide à la fraude fiscale

En vertu de sa récente mise à l’amende de 2,5 G $US, infligée le 23 avril dernier, Deutsche Bank prend la sixième place du classement. Cette sanction, imposée dans le cadre de la manipulation du taux Libor, s’ajoute aux 985 M $US déjà versés pour entente illicite sur les taux d’intérêt.

Toujours dans la tourmente de nouvelles enquêtes, et donc susceptible d’être soumise à d’autres sanctions financières, HSBC se positionne au septième rang. Pour cause de blanchiment d’argent, l’institution a versé, à ce jour, la somme de 1,9 G $US.

Fait à noter, la banque UBS remporte la palme du nombre de condamnations avec un total de 3,3 G $US pour cause d’aide à la fraude fiscale, de vente abusive de prêts hypothécaires et de manipulation du taux Libor.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques