A A A
Établissements

Barclays pourrait supprimer 30 000 postes

21 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Barclays pourrait supprimer jusqu’à 30 000 postes au cours des deux prochaines années, ce qui ramènerait ses effectifs mondiaux à moins de 100 000 personnes d’ici à la fin de 2017, rapporte le Times dans son édition d’hier.

Selon le quotidien britannique, ces licenciements, qui concernent près de 30 % de ses effectifs, toucheraient surtout des postes administratifs et sont destinés à redresser les performances du groupe ainsi que son cours en Bourse.

Au début du mois, la banque s’était séparée d’Antony Jenkins, son directeur général en place depuis trois ans, et la nouvelle direction, conduite par John McFarlane, avait alors évoqué la préparation d’un « virage stratégique ».

LOURD PASSIF

En mai 2014, Barclays avait déjà annoncé son intention de supprimer 19 000 postes, dont la moitié au Royaume-Uni, dans les trois années à venir. L’activité banque d’investissement devait à elle seule supprimer 7 000 emplois d’ici la fin de 2016.

Comme le rappellent Les Échos, Barclays traîne un lourd passif, puisqu’elle doit s’acquitter de fortes amendes liées, entre autres, aux scandales de la manipulation du taux interbancaire Libor et du marché des devises.

De plus, sa division banque d’investissement a enregistré de mauvais résultats (son ratio de profitabilité a chuté de 2,9 % l’an dernier), qui plombent les bénéfices du groupe.

LA DIRECTION DÉMENT

Quelques heures après la publication des informations du Times, Barclays a toutefois démenti envisager d’autres suppressions de postes que les 19 000 départs annoncés en 2014.

En revanche, précise Reuters, l’institution financière n’a pas exclu d’autres départs à plus long terme, avec notamment l’automatisation de certaines fonctions dans la banque de détail.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques