A A A
Économie

Bill Morneau appelle à l’investissement

13 janvier 2016 | Pierre-Luc Trudel | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

tirelire_Canada_budget_425« Il n’y a jamais eu meilleur moment pour réaliser des investissements ciblés à l’appui de la croissance économique au Canada », a déclaré mardi le ministre fédéral des Finances, de passage à Montréal dans le cadre de sa tournée de consultations prébudgétaires.

Lors d’une allocution devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), Bill Morneau a admis que le contexte économique mondial risque de demeurer défavorable et qu’il ne faut pas compter sur les économies émergentes, comme le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, pour stimuler la croissance mondiale.

« Alors que nous nous engageons dans un programme de croissance économique et de prospérité à long terme, il ne fait aucun doute que nous faisons face à de forts vents contraires », a-t-il indiqué.

Dans un tel contexte, il est persuadé que des investissements « judicieux et ciblés », comme les 125 G$ promis par le fédéral dans les infrastructures publiques au cours de la prochaine décennie, permettront de stimuler la croissance économique.

« Étant donné que les taux d’intérêt se trouvent à des creux historiques, le moment est tout indiqué pour investir », croit M. Morneau.

Selon lui, la baisse d’impôts pour la classe moyenne, en vigueur depuis le 1er janvier, permettra aux Canadiens de disposer de plus d’argent pour épargner, investir et assurer la croissance de l’économie.

Il a par ailleurs soutenu que l’instauration de la nouvelle Allocation canadienne pour enfants dès le prochain budget « aidera des centaines de milliers d’enfants à sortir de la pauvreté ». Il s’est également engagé à aider les entreprises en croissance à saisir de nouvelles opportunités sur les marchés mondiaux.

RÉGULATEUR NATIONAL : « NOUS RESPECTERONS LE CHOIX DES PROVINCES »

Bill Morneau

Bill Morneau

En point de presse après son allocution, le ministre Morneau a réitéré son intention d’aller de l’avant avec la création d’une commission pancanadienne des valeurs mobilières.

Il a toutefois assuré que le gouvernement respecterait le choix des provinces refusant d’adhérer au projet, soit le Québec et l’Alberta.

« Nous pensons que la création d’une commission nationale des valeurs mobilières peut améliorer l’efficacité du système de réglementation au Canada. Nous allons poursuivre avec les provinces qui le souhaitent, mais les autres pourront conserver leur système actuel », a expliqué le ministre.

BONIFIER LE RPC, UNE PRIORITÉ

Le ministre a aussi réaffirmé sa volonté de bonifier le Régime de pensions du Canada (RPC), mais s’est néanmoins dit ouvert à d’autres solutions, telles que des régimes de retraite obligatoires semblables au RVER.

« Nous sommes en discussion avec les provinces concernant la bonification du RPC et je suis certain que d’autres solutions seront abordées dans le cadre de ces discussions. Cela dit, notre priorité demeure d’améliorer le RPC et je suis certain que nous progresserons beaucoup dans ce dossier au cours de l’année », a-t-il indiqué.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.