A A A
Économie

Bourse : Warren Buffett doute d’une dégringolade de 50 %

24 mars 2014 | Dominique Lamy | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le légendaire investisseur Warren Buffett a affirmé récemment sur les ondes de CNBC qu’un plongeon boursier similaire à celui enregistré en 2008 était pour se reproduire de nouveau « un moment donné,  mais que ça n’arriverait pas de sitôt ».

Interrogé quant à savoir si les marchés risquaient de culbuter de 50 % à court terme, M. Buffett a déclaré : « Ça me surprendrait beaucoup. »

Mieux – et vos clients pourraient s’inspirer d’un tel optimisme – l’oracle d’Omaha se dit convaincu que le Dow Jones pourrait éventuellement surpasser la barre des 100 000 points.  À l’heure de rédiger ces lignes, il se négocie vers les 16 300 points.

Dans un autre ordre d’idées, et malgré la prolifération de discours baissiers qui déferlent sur Wall Street ces temps-ci, M. Buffett se dit convaincu que les investisseurs ne répéteront pas les erreurs commises lors de l’éclatement de la crise financière en 2008.

Le multimilliardaire a aussi affirmé que cette crise – qu’il surnomme « un Pearl Harbor économique » – était pire que ce qu’il avait anticipé au préalable. Il a ensuite profité de l’occasion pour rappeler que le marché boursier a complètement récupéré ses pertes d’alors, et  pour réitérer sa confiance envers la résilience de l’économie américaine.

Deux poids, deux mesures

Toujours sur les ondes de CNBC, Harry S. Dent Jr., un économiste reconnu pour ses prévisions alarmistes associées à l’univers boursier, a affirmé que « le Dow Jones pourrait chuter vers les 6000 points d’ici 2016. » En 2009, l’auteur de plusieurs livres avait d’ailleurs mentionné que le Dow Jones pourrait s’effondrer sous les 4000 points.

Et la Bourse fait drôlement bien depuis ce temps-là!

Vos clients doivent donc comprendre que rien ne sert d’analyser chaque manchette catastrophique ou trop optimiste servie à l’occasion par l’actualité, et de s’en servir à tort comme prétexte pour modifier allègrement son portefeuille boursier.

À lire : 3 stratégies pour battre Warren Buffett

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques