A A A
Argent

Budget Leitao : entre frustration et enthousiasme

30 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Si le dépôt du budget 2015-2016 du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a suscité de vives réactions dans plusieurs secteurs d’activité, les commentaires se sont fait plus nuancés dans celui qui nous intéresse. Qu’à cela ne tienne, syndicats, associations et jeunes chambres de commerce ont tenu à signaler leur position vis-à-vis ledit budget qui se distingue, entre autres, par plusieurs compressions et quelques nouveautés.    

Frustration du côté de l’AQDR

Si elle salue le nouveau programme d’aide aux aînés visant à compenser une partie de la hausse des taxes municipales, l’Association québécoise pour la défense des droits des retraités (AQDR) est néanmoins d’avis que les autres mesures budgétaires proposées « font fi des besoins des préretraités et des retraités ». Son argumentaire repose sur les points suivants :

  • la croissance de 1,4 % du budget de la santé est jugée insuffisante pour subvenir aux besoins des aînés et de la population en général;
  • la hausse progressive de l’admissibilité au crédit d’impôt en raison de l’âge, qui passe de 65 ans à 70 ans, est perçue comme « indécente », celle-ci constituant un recul et un facteur d’appauvrissement des aînés;
  • la fusion annoncée de la Régie des rentes du Québec avec la Commission administrative des régimes de retraites et d’assurances suscite une inquiétude en matière d’accessibilité et de qualité de service à court et moyen terme pour les préretraités et les retraités.

Le SFPQ se dit inquiet

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) craint les impacts d’un retour précipité à l’équilibre budgétaire, qui pourrait s’effectuer au prix d’importantes diminutions de personnel, susceptibles d’affecter les services à la population. Entre autres mesures inscrites au budget, la limite de croissance des dépenses de programmes dans la fonction publique fixée à 1,2 % est contestée. « C’est nettement insuffisant pour maintenir les services dans toutes les régions du Québec. Par ailleurs, le gouvernement se privera à terme de revenus de 2,5 G$ – de l’argent en moins pour financer les services », selon l’association.

L’ACP salue la volonté de simplifier la fiscalité

La volonté de simplifier la fiscalité et de réduire les tracasseries administratives, tant pour les employeurs que pour les employés, a été fort bien accueillie par l’Association canadienne de la paie (ACP). Au nombre des mesures saluées, on note : l’abolition de la contribution santé sur trois ans; la réduction graduelle du taux de cotisation au Fonds des services de santé pour les PME des secteurs des services et de la construction; et l’accord d’une période de grâce pour l’année d’imposition 2015 visant à donner plus de temps aux employeurs, aux concepteurs de logiciels de paie et aux fournisseurs de services de paie d’intégrer cette réduction à leurs systèmes.

Le retour à l’équilibre budgétaire séduit l’Ordre des CPA et la relève d’affaires

Le Regroupement des Jeunes Chambres de commerce du Québec (RJCCQ), la Jeune Chambre commerce de Montréal (JCCM), la Jeune Chambre de commerce de Québec (JCCQ) et l’Ordre des Comptables professionnels agréés ont accueilli favorablement l’atteinte de l’équilibre budgétaire au terme de six années consécutives de déficit.

La relève d’affaires a ainsi applaudi la création de l’initiative Premier brevet et l’instauration d’un nouveau programme de stages d’innovation en entreprise, soulignant toutefois qu’une politique globale demeure plus efficace que des mesures isolées.

Pour sa part, l’Ordre des CPA a noté la pertinence de la mise en place d’une évaluation périodique obligatoire de ses dépenses fiscales, tout en rappelant l’importance de la diffusion de cette évaluation afin d’assurer la transparence. La lutte contre l’évasion fiscale et les modifications proposées concernant le transfert intergénérationnel d’entreprises familiales favorisant la relève entrepreneuriale ont aussi été relevées. Dans le dernier cas, l’Ordre souhaite voir ces modifications, pour l’heure réservées aux secteurs primaire et manufacturier, s’étendre à tous les secteurs.

Un budget sans hausse de taxes à la consommation

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) s’est dit satisfait de l’absence de hausse de taxes à la consommation. « Les détaillants constatent que le gouvernement ne financera pas le retour à l’équilibre budgétaire de cette année à même les dépenses de consommation », a déclaré par voie de communiqué Nathalie St-Pierre, vice-présidente, Développement durable et Québec au CCCD.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques