A A A
Argent

Budget : les réactions de l’opposition

4 juin 2014 | La Presse canadienne | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

<<<<< Page prédécente

Le PQ et la CAQ soulignent les promesses reniées des libéraux

Avec un premier plan budgétaire, les libéraux mettent en œuvre une recette pour renier leurs engagements de la dernière campagne électorale, a déclaré mercredi le porte-parole péquiste en matière de finances, le député Nicolas Marceau.

M. Marceau a soutenu que les libéraux ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance économique, un peu moins de deux mois après leur arrivée au pouvoir. « Ils avaient parlé d’une croissance économique pour 2014 de 2,1 %, aujourd’hui on nous dit que ce sera 1,8 %, a-t-il dit. Cela fait en sorte que le cadre financier, présenté en campagne électorale par le Parti libéral, éclate, ne tient plus du tout la route. »

Le député péquiste, qui était ministre des Finances jusqu’à la défaite péquiste d’avril, a également mis en doute l’atteinte de l’objectif libéral de créer 250 000 emplois en cinq ans, alors que le budget prévoit la création de 31 300 emplois cette année. « On constate qu’il y a déjà un retard de 22 400 emplois sur deux ans », a-t-il dit. M. Marceau a aussi souligné que les libéraux brisent leur promesse en haussant les taxes, notamment sur l’alcool et les cigarettes.

Porte-parole pour le dossier du Conseil du trésor, Élaine Zakaïb a soutenu qu’avec leur budget, les libéraux épargnent sur les dos des plus démunis. « L’assurance autonomie on y met fin, il n’y a pas d’argent pour le maintien à domicile, on s’attaque au réseau de garderies, a-t-elle dit. Tout le pan de notre politique solidarité a été mis de côté. »

« Des objectifs ambitieux »

Le chef caquiste François Legault a soutenu que les libéraux ont adopté les mêmes constats que lui concernant l’état des finances publiques. « On voit que les libéraux se donnent des objectifs ambitieux, a-t-il dit. Au moins, les libéraux ont vu le mur, après le 7 avril. Espérons maintenant que le gouvernement va être capable de l’éviter. »

M. Legault estime cependant que les libéraux manquent d’ambition dans la stimulation de l’économie, avec une prévision de la croissance québécoise de 2 % en 2015, alors qu’elle sera de 2,5 % au Canada. « Le gouvernement baisse les bras, accepte que le déclin économique du Québec se poursuive pour les deux prochaines années », a-t-il dit.

M. Legault a relevé lui aussi la création d’emploi sur laquelle M. Marceau avait également insisté. « C’est bien peu si on compare avec ce qui avait été promis en campagne électorale », a-t-il ajouté.

Au chapitre des promesses reniées, M. Legault a mis de l’avant les hausses des tarifs d’électricité et des services de garde, qu’il situe à 4,3 %. « Dans les deux cas, c’est bien supérieur à l’inflation, ça va diminuer le pouvoir d’achat des Québécois », a-t-il dit. S’il constate que les libéraux sont moins catégoriques sur l’augmentation à long terme des investissements en infrastructures, M. Legault juge déjà excessive la hausse de 2 milliards de dollars prévue cette année. « Je comprends que le gouvernement va revenir peut-être sur sa promesse pour les autres années, mais pour cette année, 11,5 milliards de dollars, c’est un record de tous les temps », a-t-il dit.

Austérité permanente

La députée de Québec solidaire Françoise David a dénoncé pour sa part un budget d’austérité permanente. Mme David a particulièrement critiqué les efforts qui se concentrent sur la diminution des dépenses plutôt que la croissance des revenus. « Si quelqu’un ici s’imagine que ça va se faire sans impact néfaste sur la population, eh bien cette personne, ou bien ment, ou bien joue dans un film de science-fiction », a-t-elle dit.

À lire aussi :

Loading comments, please wait.