A A A
Immobilier

Canada : les ventes de maison seront moins nombreuses en 2015

17 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’impact de la chute du cours du pétrole sur la confiance des consommateurs de certaines provinces fera reculer les ventes de maisons canadiennes de 1,1 % cette année, à 475 700 unités dans l’ensemble du pays, prévoit l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Le prix moyen des habitations canadiennes devrait néanmoins grimper de 2 %, à 416 200 dollars cette année, anticipe l’ACI, ce qui représenterait une plus faible croissance que celle observée en 2014.

L’association avait précédemment prévu que les ventes de maisons progresseraient de 0,8 % par rapport à l’an dernier, pour atteindre 485 200 ventes, mais elle a depuis révisé ses perspectives à la baisse pour tenir compte de la détérioration soutenue du prix du pétrole.

+2,5 % de ventes au Québec

Les provinces productrices d’or noir observeront un déclin du nombre de ventes d’habitations. Ainsi, l’Alberta devrait voir son activité de ventes céder 19,3 % en 2015, tandis que ces reculs devraient être de 11,2 % en Saskatchewan, de 2,2 % au Manitoba et de 1 % à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les autres provinces devraient afficher des ventes en hausse et des prix moyens relativement stables ou en hausse, selon l’ACI. Le nombre d’habitations vendues en Colombie-Britannique devrait croître de 4,9 %, tandis qu’il devrait avancer de 3,7 % en Nouvelle-Écosse. Le Québec et le Nouveau-Brunswick devraient quant à eux afficher des gains de 2,5 % par rapport à 2014, et l’Ontario de 1,9 %.

De son côté, le prix moyen des habitations en Colombie-Britannique devrait grimper de 3,4 % en 2015 par rapport à l’an dernier, pour s’établir à 587 600 dollars, tandis que celui de l’Ontario devrait croître de 2,5 %, à 441 900 dollars. Au Québec, le prix moyen se situera à l’intérieur d’une fourchette de plus ou moins 1 % comparativement à 2014.

Prix moyen d’une habitation : 431 812 $

Par ailleurs, l’ACI a dévoilé ses données sur l’activité de revente d’habitations en février, qui a progressé de 1 % par rapport au mois précédent. Le marché a cependant été divisé par d’importantes différences régionales, puisque la croissance d’ensemble a été essentiellement menée par les régions de Vancouver et d’Okanagan, en Colombie-Britannique, et de Toronto.

Par rapport au mois de février 2014, les ventes ont enregistré une hausse de 2,7 % sur le plan national.

Le prix moyen au pays pour les habitations vendues en février s’est établi à 431 812 dollars, ce qui représente une hausse de 6,3 % par rapport au même mois l’an dernier.

L’ACI représente plus de 109 000 courtiers et agents immobiliers répartis parmi 90 chambres et associations immobilières d’un océan à l’autre.

La construction aura besoin de main-d’œuvre

De grands projets d’infrastructure, des initiatives de réinvestissement de maintien et des travaux d’entretien, notamment dans le domaine énergétique, stimuleront les besoins en main-d’œuvre au pays, estime un rapport publié hier par ConstruForce Canada.

Le principal défi du secteur de la construction sera de compenser le nombre croissant de départs à la retraite, qui concernera jusqu’à 250 000 travailleurs, soit 21 % de la main-d’œuvre, au cours de la prochaine décennie.

Le rapport de ConstruForce prévoit par ailleurs que les constructions résidentielles augmenteront « de façon modérée » d’ici à 2024, les plus forts gains étant enregistrés en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique.

Les travaux de rénovation et d’entretien représenteront plus de la moitié de l’investissement dans ce secteur.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques