A A A

CELI : accueil fort positif

10 février 2009 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) fait mouche auprès des épargnants, a constaté Conseiller.ca en réalisant un premier coup de sonde. À l’évidence, les réclames et les promotions ont séduit des milliers de contribuables en quête d’un nouvel abri fiscal. Pour sa part, James MacMahon attend la fin du 1er trimestre de 2009 avant de se faire une idée sur le CELI. « Nos conseillers en parlent à leurs clients. On a ouvert des comptes, mais ce n’est pas la grosse vague », indique le président de Force Financière Excel.

Surtout des produits sûrs
Les clients utilisent le CELI comme les observateurs l’avaient anticipé : d’abord comme coussin financier à court terme (pour payer un voyage, par exemple), puis comme instrument d’épargne-retraite. « Nous demandons à nos clients de maximiser d’abord leur cotisation REER, ensuite de contribuer à un CELI, si c’est la bonne avenue », dit Michel Marcoux, président du cabinet Avantages Services Financiers. Car le CELI n’a pas réponse à tout. Ainsi, les parents qui recherchent un instrument pour financer les études postsecondaires de leurs enfants devraient privilégier les REEE, en raison des subventions que verse le gouvernement fédéral.

Loading comments, please wait.