A A A
Accréditation

CELI : encore beaucoup d’éducation à faire

18 février 2010 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les Canadiens ont une connaissance limitée des règles de fonctionnement du CELI, indique un test-éclair réalisé par Placements Mackenzie auprès de 1 506 adultes d’un océan à l’autre.

Dans un sondage en ligne, la firme a posé cinq questions faciles concernant le CELI. À peine 8 % des participants ont eu tout bon. Moins de la moitié (44 %) ont répondu correctement à 3 ou plus des 5 questions posées. Près du tiers (28 %) ont eu zéro.

« Il est encourageant de constater que les Canadiens s’intéressent au CELI, mais pour ce qui est des connaissances de base, il y a encore du travail à faire », a commenté Mackenzie. Les conseillers ont donc du pain sur la planche.

Voici le test. La bonne réponse et le pourcentage de participants qui l’ont eue figurent entre parenthèses :

1. À l’instar des REER, les cotisations à un CELI sont déductibles d’impôt.
Faux ; 43 % des participants ont répondu correctement.

2. La limite de cotisation à un CELI est présentement de 5 000 $ par année. Si vous ne cotisez pas la somme de 5 000 $ au cours de l’année, les droits de cotisation sont perdus.
(Faux ; 36 % ont répondu correctement).

3. Les droits de cotisation à un CELI ne sont pas fonction du revenu gagné. Quel que soit leur niveau de revenu, les Canadiens âgés de 18 ans ou plus ont des droits de cotisation à un CELI s’élevant à 5 000 $ par année.
(Vrai ; 63 % ont répondu correctement).

4. Le CELI donne accès à une vaste gamme d’options de placement, dont les actions, les obligations et les fonds communs de placement.
(Vrai ; 41 % ont répondu correctement).

5. Un particulier peut détenir plusieurs comptes d’épargne libre d’impôt. (Vrai ; 22 % ont répondu correctement).

Le sondage met également en lumière d’autres faits intéressants. Ainsi :

  • Les besoins en éducation sont les plus grands parmi les jeunes. Seulement 3 % des personnes âgées de 18 à 24 ans ont répondu correctement à chacune des 5 questions.
  • La majorité (68 %) des Canadiens n’a pas ouvert de CELI. Lorsqu’on a demandé pourquoi, 59 % des personnes sondées ont affirmé qu’elles n’avaient pas assez d’argent à investir, alors que 42 % ont déclaré que c’était par manque de connaissance.
  • Compte tenu du contexte économique, 39 % des titulaires de CELI ont l’intention de rééquilibrer leurs placements CELI afin de tirer profit d’une conjoncture du marché plus favorable.
Loading comments, please wait.