A A A
Argent

Ces FNB que les investisseurs institutionnels s’arrachent

14 mai 2018 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

tirelires_epargne_amour_conjoint_mariage_couple_425Les fonds négociés en Bourse (FNB) constituent désormais 18,8 % de l’actif total des investisseurs institutionnels canadiens, selon une récente étude de Greenwich Associates.

Il s’agit de la plus forte répartition d’actif en FNB parmi les cinq régions observées par la firme américaine. Les FNB ont attiré de nouveaux investisseurs institutionnels l’an dernier du côté des actions et du revenu fixe, alors qu’un nombre toujours grandissant utilisent des FNB dans les marchés nationaux et internationaux.

PRODUITS PRATIQUES

La polyvalence de ces produits serait à la source de cette prolifération. Ces grands investisseurs utilisent les FNB pour obtenir une exposition aux différents marchés qu’ils couvrent, mais aussi pour se diversifier. Leur usage a augmenté l’an dernier notamment en raison de la simplicité d’utilisation des FNB, leur rapidité d’exécution, le faible coût des échanges et l’accès à une diversification en une seule transaction.

Le hausse de la demande pour des FNB à bêta intelligent génère une bonne partie de la croissance. Près de la moitié des participants investissent dans des FNB à bêta intelligent non pondérés selon le marché, notamment les FNB à faible volatilité. Ces derniers sont utilisés pour se protéger d’une hausse soudaine de la volatilité telle que vécue en février 2018.

PAS DE RALENTISSEMENT EN VUE

La firme américaine prévoit que cette tendance se poursuivra. Les investisseurs institutionnels qui comptent augmenter leurs investissements dans des FNB d’actions sont trois fois plus nombreux que ceux qui pensent réduire leur exposition à ces produits. Du côté du revenu fixe, ceux qui prévoient accroître leur répartition en FNB sont deux fois plus nombreux que ceux qui affirment qu’ils la diminueront. Une part importante de ceux qui veulent augmenter les investissements prévoient des hausses de plus de 10 %.

Par ailleurs, iShares/BlackRock demeure le principal fournisseur de FNB pour les institutions canadiennes. Ses produits sont utilisés par 90 % d’entre elles. Elles estiment aussi qu’il est le meilleur manufacturier dans sept des catégories de produits et services étudiées par Greenwich Associates sur neuf.

Malgré tout, jusqu’à un quart des institutions canadiennes continuent de croire qu’un coût faible pour un produit d’investissement est signe d’une mauvaise qualité, peut-on lire dans le Financial Post. D’autres estiment que les FNB sont gérés par des robots plutôt que par des individus ou que tous les FNB dans un marché fournissent la même exposition. Si les manufacturiers de FNB détruisent ces mythes, la croissance pourrait s’en trouver renforcée.

Entre octobre 2017 et janvier 2018, Greenwich Associates a mené des entrevues auprès de 52 investisseurs institutionnels canadiens. Près de la moitié (48 %) des répondants étaient des gestionnaires d’actif, 42 % étaient des fonds institutionnels et 10 %, des compagnies d’assurance. Près de la moitié d’entre eux (45 %) gèrent 5 milliards de dollars ou plus, alors que plus de 20 % d’entre eux ont un actif sous gestion qui atteint 50 milliards de dollars.

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000