A A A
Été

Cet été, les Canadiens dépenseront environ 5 600 $

29 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Pour profiter pleinement des grandes vacances, les Canadiens ont prévu de dépenser 5 605 dollars en moyenne durant les mois de juillet et d’août, ce qui représentera la saison estivale la plus coûteuse de leur existence pour 45 % d’entre eux, selon un récent sondage de BMO.

Réalisée en ligne par Pollara auprès de 1 502 personnes d’un océan à l’autre entre les 1er et 3 juin, cette enquête d’opinion révèle précisément qu’ils sont prêts à payer plus de 2 000 dollars pour faire des escapades d’un week-end et passer de plus longues vacances cet été.

Au total, ce sont les Albertains qui devraient se montrer les plus dépensiers cet été (6 298 $), suivis par les Britanno-Colombiens (6 150 $), les Québécois (5 797 $), les habitants du Manitoba et de la Saskatchewan (5 439 $), les Ontariens (5 245 $) et les résidents des provinces de l’Atlantique (4 976 $).

OBJECTIF : AVOIR DE PLUS LONGUES VACANCES 

D’après le sondage, les activités de socialisation représenteront 39 % des dépenses estivales des répondants, qui envisagent de dépenser quelque 1 160 dollars en sorties sociales et 1 006 dollars en divertissements et réceptions à la maison pour les parents et amis.

Toutefois, la principale dépense de l’été sera consacrée à passer des vacances plus longues ou à faire des escapades d’un week-end (2 038 $). L’amélioration de la maison et du jardin (322 $) et l’achat de biens de consommation saisonniers (227 $) et de gros achats divers (212 $) constitueront pour leur part d’autres postes de dépenses non négligeables.

À noter que les cartes de crédit demeurent le mode de paiement le plus populaire pour la majorité des dépenses estivales, et particulièrement pour les séjours à l’extérieur de la ville (61 %), les activités sociales (49 %), les achats pour la maison ainsi que le jardin (43 %) et les divertissements (40 %).

UNE PÉRIODE DE L’ANNÉE QUI COÛTE CHER

Au total, seuls 27 % des répondants affirment qu’ils ne règlent aucune dépense estivale avec une carte de crédit, tandis que près de la moitié avouent avoir souvent vécu au-delà de leurs moyens durant cette période de l’année.

Enfin le sondage indique que durant les vacances, les familles canadiennes dépensent 75 % de plus que le reste de l’année pour faire leur épicerie. Quant aux dépenses associées aux sorties sociales et aux divertissements, elles sont presque trois fois plus élevées (+194 %), tandis que celles consacrées à l’essence font plus que doubler (+ 109 %).


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.