A A A

Conflit d’intérêts possible

1er juin 2010 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

observateur_optLes comptables, particulièrement les comptables-agréés, bénéficient d’une grande notoriété auprès du public et de leurs clients; de nombreux clients suivent leurs recommandations avec empressement, et ils ont raison.

Mais que penser lorsque de tels professionnels soient actionnaires d’un cabinet de services financiers ? Ne bénéficient-t-ils pas d’un avantage démesuré par rapport à la concurrence ?

Voilà longtemps, il était normal qu’un médecin en région soit aussi propriétaire de la pharmacie, car le nombre de pharmaciens en région était faible. Mais aujourd’hui, il serait impensable qu’une clinique médicale soit propriétaire d’une pharmacie, en raison du conflit d’intérêts réel ou apparent.

Alors, pourquoi permet-on à un professionnel de la comptabilité d’être actionnaire d’un cabinet d’assurance de personnes ? N’y a-t-il pas là possibilité de conflit d’intérêts et de manque d’objectivité dans les recommandations au client ?

De plus, le comptable peut offrir au client des services gratuits ou à prix réduit (comme la planification fiscale et successorale) s’il est en situation de compétition, ce que peut difficilement faire un représentant en sécurité financière.

Chaque regroupement professionnel protège ses intérêts; ainsi, seul un pharmacien peut être propriétaire d’une pharmacie, et seul un radiologiste, d’une clinique de radiologie.

Qui protège les intérêts de notre industrie ?

La question de l’actionnariat des cabinets d’assurance de dommages est réglementée pour empêcher qu’un assureur en prenne le contrôle et favorise indûment la vente de produits au détriment des consommateurs; et il en est de même en assurance de personnes pour les compagnies d’assurance vie.

Mais la loi permet à tous d’être actionnaire d’un cabinet d’assurance de personnes. N’y aurait-il pas lieu de s’interroger sur les possibles conflits d’intérêts ?

L’auteur est un conseiller d’expérience qui pratique depuis plus de 25 ans. Pour réagir à ses réflexions : conseiller@objectifconseiller.rogers.com

Lire en pdf >>

Loading comments, please wait.