A A A
Économie

Croissance continue des FNB du secteur canadien

25 juillet 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Question de dresser une liste des principaux facteurs ayant influencé la croissance du secteur canadien des fonds négociés en bourse (FNB) depuis le début de l’année, et de livrer ses prévisions quant aux tendances du marché pour 2015, BMO Gestion mondiale d’actifs vient de dévoiler un rapport intitulé Perspectives des FNB canadiens – Milieu d’exercice 2014.

Au 30 juin 2014, la valeur de l’actif sous gestion des FNB canadiens s’élevait ainsi à 70,1 milliards de dollars, une hausse de 11,1 % par rapport à la fin de 2013.

À ce jour, les FNB d’actions ont reçu 529 millions de dollars de nouveaux capitaux. Les FNB de titres à revenu fixe ont bénéficié d’un apport en nouveaux capitaux évalué à plus de 2,5 milliards de dollars. Pour leur part, les 58 FNB de BMO Gestion mondiale d’actifs ont récemment porté leur actif sous gestion à plus de 15 milliards de dollars.

Trois facteurs clés

Le rapport indique trois facteurs clés qui ont influé de façon importante sur le secteur des FNB jusqu’à présent cette année :

– Concurrence et croissance : la croissance continue entraînerait une augmentation du nombre des produits offerts et une intensification de la concurrence. De nouvelles stratégies favoriseraient différentes façons d’accéder à diverses catégories d’actifs. De plus, la réduction des frais de gestion des FNB dans les principales catégories de placements offrirait la possibilité d’investir très efficacement dans des mandats de base de grands marchés.

– Efficacité internationale : l’utilisation des FNB canadiens pour accéder aux marchés internationaux deviendrait de plus en plus populaire, en raison de leurs frais peu élevés et de leurs avantages fiscaux par rapport aux produits internationaux.

– Fonds de type bêta intelligent : ces outils, qui reposent sur des stratégies de pondération particulières, offrent une exposition basée sur divers facteurs comme une faible volatilité, le momentum et la qualité. Ils ciblent certains facteurs et offriraient des rendements spécifiques sur le long terme, ce qui contribuerait à leur succès.

Selon le rapport, les fournisseurs auraient « mis l’accent sur les fonds à faible volatilité, qui tirent parti des marchés haussiers tout en offrant une protection contre les pertes en cas de baisse ». Les produits basés sur des dividendes offriraient également « une certaine protection en cas de baisse, tout en produisant un revenu plus élevé et plus avantageux sur le plan fiscal en misant sur des entreprises stables et en pleine maturité ».

Tendances de l’avenir immédiat

Selon le rapport, la forte croissance des portefeuilles basés sur des FNB se poursuivra, ces fonds offrant « à la fois l’efficience, la diversification et la négociabilité des FNB, en plus d’une gestion professionnelle active ».

Dans un contexte où les taux d’intérêt sont bas, les investisseurs rechercheraient des revenus et des stratégies fondés sur les options, qui accroissent le revenu, ce qui serait garant d’un développement global à prévoir dans différents secteurs. Il est ainsi mentionné que les FNB à solutions spécialisées seront en vedette, « car les fournisseurs créeront des produits novateurs pour répondre aux besoins particuliers des investisseurs ».

Toujours au chapitre des pronostics : les FNB auraient attiré l’attention du secteur des titres à revenu fixe et seraient là pour rester. « Les investisseurs réagissent aux changements qui surviennent sur les marchés – notamment la reprise économique en cours aux États-Unis – et ils cherchent à positionner leurs portefeuilles d’obligations en fonction de ces changements. Cette tendance pourrait s’étendre au-delà des obligations canadiennes et toucher les FNB de titres à revenu fixe américains et internationaux ».

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques