A A A

Croissance des comptes d’épargne à taux d’intérêt élevé

19 septembre 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Alors que les marchés traversent une période trouble, plusieurs investisseurs cherchent à placer leurs actifs dans de nouveaux produits moins risqués. Selon la firme de recherche Investor Economics, les comptes d’épargne à taux d’intérêt élevé(CETIE)sont en voie de devenir la solution pour de nombreux investisseurs frileux ou craintifs.

Dans un rapport récent Investor Economics note une croissance des CETIE au cours des dernières années, au détriment des fonds du marché monétaire. Durant les dernières années, les montant déposés dans 29 différents comptes d’épargne ont augmenté jusqu’à 74 milliards de dollars, soit 14 milliards de plus qu’il y a cinq ans.

De ces énormes montants, 27 millions de dollars se retrouvent dans des comptes d’épargne à intérêt composé, qui accumulent les intérêts sur une base régulière. Selon Investor Economics, ces types de comptes connaissent une croissance plus rapide que les traditionnels CETIE, et pourraient devenir plus populaires encore avec l’introduction de nouveaux types de compte plus accessibles.

President’s Choice Financial propose justement le Compte à intérêt Plus, une offre bonifiée accessible seulement avec un investissement initial minimum de 1 000 $, contrairement aux 5 000 $ habituels. Cependant, la plupart de ces actifs étant déposés dans des comptes à intérêt composé des banques TD, RBC et CIBC, la concurrence demeure faible.

C’est une autre histoire pour la catégorie des CETIE, puisqu’une vingtaine de banques offrent un compte bonifié à intérêt variable. Mais les taux varient grandement selon les institutions, passant d’un maigre 2,4 % jusqu’à atteindre à 4,5 %. Mais malgré la concurrence, la plupart des actifs des investisseurs sont concentrés auprès de trois banques : ING Direct, la Banque Scotia et le BMO Groupe financier. Ensemble, elles cumulent 70 % des actifs déposés dans des comptes d’épargne au Canada. Selon Investor Economics, la grande majorité des sommes déposées s’élèvent à moins de 5 000 $, alors que seulement 3,4 % des comptes ont plus de 60 000 $ en dépôt.

Loading comments, please wait.