A A A
Inflation

Croissance économique 2014 : États-Unis 1, Canada 0

23 décembre 2013 | Dominique Lamy | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La croissance économique canadienne atteindra un maximum de 2,3 % en 2014 et sera à la traîne de l’économie américaine qui pourrait croître de 2,9 %, dévoile le plus récent rapport de Russell Investments Canada Limited.

Alors qu’une telle croissance estimée de l’économie américaine pourrait normalement s’avérer positive pour celle du Canada, certaines tendances qui émergent chez nos voisins du sud pèseront sur la dynamique de la reprise économique canadienne. La plus grande indépendance énergétique américaine, par exemple.

« La contribution en déclin du marché immobilier et de la consommation des ménages à l’économie sera aussi un vent de face. Alors que le premier s’est avéré remarquablement résilient, le ratio d’endettement du consommateur canadien par rapport au revenu disponible excède néanmoins toujours les 160 %. Puisque la consommation des ménages représente de 50 à 60 % de l’économie canadienne, même un ralentissement modeste de celle-ci affectera la croissance canadienne » explique Shailesh Kshatriya, Directeur associé au sein de Russel Investments Canada.

Il soulève cependant que les investissements des entreprises devraient s’accélérer, particulièrement dans le secteur de l’énergie.

Prévisions 2014 pour l’économie canadienne

  • La croissance économique du Canada devrait se situer entre 2,0 et 2,3 %, sous la croissance américaine estimée de 2,9 %.
  • La Banque du Canada devrait maintenir son taux d’intérêt cible à 1,0 %.
  • Le dollar canadien devrait s’éloigner de la parité avec le dollar américain et devrait se négocier dans une fourchette de 0,90 à 0,98 $ US.
  • L’indice canadien TSX pourrait clore 2014 à 13 800 points — il se situe présentement à environ 13 400 —, en fonction d’une croissance des bénéfices par action de l’ordre de 4 à 6 %.

Prévisions mondiales

Pour l’économie américaine, les auteurs prévoient la création de 230 000 emplois par mois en moyenne, une inflation modeste de 1,9 % annuellement et une appréciation potentielle des marchés boursiers d’environ 5 %.

En zone euro, la croissance économique devrait se situer entre 0,5 et 1,0 %. Selon ledit rapport, l’évaluation boursière y demeure raisonnable comparativement aux autres régions, mais ce marché n’est pas suffisamment sécuritaire pour envisager une philosophie d’investissement de type « buy and hold ».

La région de l’Asie-Pacifique est bien positionnée pour une reprise économique mondiale. La croissance attendue pour la Chine est de 7 à 8 %, et celle du Japon, de 1,6 %, toujours pour 2014.

De façon générale, les auteurs de l’étude anticipent que les rendements seront faibles pour les investisseurs en 2014. « La perspective de rendements moindres ne nous rendent pas pessimistes pour autant. Nous entrevoyons cependant un défi pour l’investisseur d’atteindre un taux de rendement raisonnable à un niveau de risque qu’il peut supporter. Il y a de belles opportunités sur le marché pour obtenir des rendements intéressants, mais pour les réaliser, un arsenal composé d’une stratégie d’investissement dans les principales classes d’actifs, d’une saine gestion du risque à la baisse et d’un portefeuille diversifié géré activement sera nécessaire », explique Jeff Hussey, chef des investissements au sein de Russell Investments.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000