A A A
Affaires

De nouveaux outils pour améliorer la qualité de l’audit

4 avril 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les comités d’audit disposent désormais de nouveaux outils et d’indications plus précises qui leur permettront d’accroître la transparence et l’uniformité de leurs pratiques, ont annoncé hier les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).

Ces dispositions ont été élaborées conjointement par CPA Canada, l’Institut des administrateurs de sociétés et le Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), en collaboration avec des membres de comités d’audit.

« Elles s’adressent aux comités d’audit, qui sont tous appelés à exercer un rôle de surveillance à l’égard de l’auditeur externe », explique Tobin Lambie, porte-parole de CPA Canada.

Le but est de « susciter des discussions ouvertes et franches sur la qualité de l’audit, en particulier sur les travaux de l’auditeur externe », soulignent les organismes à l’origine de cette initiative.

Uniformiser les pratiques

À l’heure actuelle, les comités d’audit utilisent en effet des méthodes différentes pour s’acquitter de leur rôle de surveillance à l’égard de l’auditeur externe.

« Nous espérons que ces nouvelles indications et ces nouveaux outils permettront d’accroître l’uniformité de leurs pratiques », précise Tobin Lambie.

« Si l’on veut que la qualité de l’audit s’améliore au pays, il faut construire des relations solides », justifie Kevin Dancey, président et chef de la direction de CPA Canada.

« Notre stratégie consiste donc essentiellement à amener les comités et les cabinets d’audit et les membres de la direction à se parler. En conjuguant des méthodes uniformes et une surveillance efficace de l’auditeur externe, nous améliorerons la qualité de l’audit et nous renforcerons la confiance du public. »

Davantage de transparence…

Toute cette panoplie de mesures fait suite aux recommandations et aux conclusions de l’initiative « Amélioration de la qualité de l’audit » menée par CPA Canada et le CCRC en 2013.

Le rapport issu de cette initiative comportait plusieurs recommandations pour améliorer la qualité de l’audit, notamment celles d’effectuer une évaluation complète du cabinet d’audit externe au moins tous les cinq ans, de réaliser des évaluations annuelles du cabinet d’audit externe, et de communiquer avec plus de transparence le résultat des inspections du CCRC aux comités d’audit.

… et une meilleure communication

À noter que l’application de ces nouvelles indications n’est pas obligatoire. Toutefois, Tobin Lambie se dit confiant que les comités d’audit « les examineront avec intérêt » et qu’ils « sauront en tirer des avantages importants ».

« Cela leur permettra de mieux communiquer avec les auditeurs externes et d’avoir une compréhension plus approfondie des questions de risques et de contrôle », assure-t-il.

Ils seront également plus à même d’évaluer les principaux risques d’entreprise et risques liés à l’information financière, « pourront formuler des commentaires plus pertinents à la direction » et « contribueront à améliorer la qualité de l’information financière de l’émetteur », conclut le porte-parole de CPA Canada.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques