A A A
Immobilier

Déclin de l’immobilier : presque tous les secteurs écopent

14 août 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Chute du nombre des mises en chantier, baisse de la demande du neuf et de la revente, faible progression des prix de vente : les plus récents pronostics de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) se font plutôt moroses.

Le nombre total de mises en chantier au Québec se situera à 38 400 unités en 2014 et 38 700 unités en 2015, selon l’édition du troisième trimestre de 2014 du rapport Perspectives du marché de l’habitation.

La construction de maisons individuelles devrait connaître une baisse, pour atteindre 12 000 unités en 2014. En raison du resserrement prévu du marché, une hausse de la demande devrait porter ce nombre à 13 300 nouvelles résidences pour l’année 2015.

De l’espoir pour le logement collectif

Une dynamique différente est entrevue pour le secteur du logement collectif, qui devrait faire preuve de stabilité en raison de ses prix inférieurs à ceux des maisons individuelles neuves. Cependant, l’offre abondante de logements neufs et existants pourrait limiter le nombre de nouvelles mises en chantier. Ainsi, 26 400 unités devraient voir le jour en 2014 et 25 400 autres en 2015.

Prévisions à la baisse

Selon la SCHL, 69 800 ventes de logements existants sont prévues pour 2014, une baisse qui s’expliquerait par la faible croissance de l’emploi et la hausse probable des taux d’intérêt. Toutefois, un regain est prévu pour 2015 alors que 73 200 transactions sont anticipées.

Une faible progression du prix des habitations existantes est à prévoir alors que le taux de croissance devrait se situer à 1 % en 2014 et 2 % en 2015, pour des prix moyens respectifs de 267 400 $ et 270 200 $.

À lire aussi :

• Immobilier : le ralentissement s’est poursuivi au 2e trimestre
• Immobilier montréalais : « Le pire est derrière nous »

Loading comments, please wait.