A A A
Crédit

Dépensez-vous plus pour vivre ou pour payer vos taxes?

31 août 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Une famille canadienne moyenne dépense davantage en taxes et impôts qu’en nourriture, vêtements et frais d’habitation combinés, conclut une étude menée par l’Institut Fraser et rapportée par nos confrères de Advisor.ca.

« Dans les cinq dernières décennies, la facture des taxes des familles canadiennes a enflé, et aujourd’hui, elle est désormais plus élevée que ce qu’elle dépense en biens de base », explique Charles Lammam, directeur des études fiscales de l’Institut Fraser et co-auteur du Canadian Consumer tax index, qui suit le total des taxes payées par les familles canadiennes.

En 2014, les familles canadiennes (incluant les personnes vivant seules) ont engrangé en moyenne un revenu de 79 010 $. Sur cette somme, elles ont dépensé 33 272 $ en taxes contre 28 887 $ en biens de première nécessité, tels que la nourriture, les vêtements et le logement.

Autrement dit, 42,1 % du revenu des Canadiens est consacré aux taxes et impôts, soit 5,5 % de moins qu’en biens élémentaires (36,6 %).

UNE HAUSSE COLOSSALE

Ces données sont particulièrement étonnantes quand on les compare à celles de 1961, où les familles dépensaient en moyenne 33,5 % de leur revenu en taxes et 56,5 % pour la nourriture, les vêtements et l’habitation.

Le total des taxes calculé par l’Institut Fraser inclut notamment l’impôt sur le revenu, les taxes de vente, les cotisations sociales, l’impôt foncier, les taxes sur la santé, les taxes sur le carburant et les taxes sur l’alcool.

Depuis 1961, une famille canadienne moyenne a vu ses taxes et impôts augmenter de 1 886 %, alors que la facture de nourriture a connu une hausse de 561 %, celle des vêtements de 819 % et celle du logement de 1 366 %. En tenant compte, des changements dans les prix globaux (inflation), la facture d’impôt a grimpé de 149,2 %, selon les chiffres de l’Institut Fraser.

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques