A A A
Épargne

Des conseillers financiers qui rapportent 2,3 G$

23 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les bonnes raisons de se doter d’un conseiller financier ne manquaient pas, mais l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) en donne une de plus. Le PIB augmenterait de 2,3 G$ d’ici 2060 si le nombre de ménages canadiens qui ont un tel conseiller augmentait de 10 %.

Avec une telle proportion, la part des épargnants atteignant des économies substantielles augmenterait elle aussi et au moins une partie de cette épargne supplémentaire serait réinvestie dans l’économie canadienne, indique-t-on dans l’étude « Préparer sa retraite et stimuler l’économie grâce aux conseils financiers ».

Le Conference Board a eu recours à son modèle de prévision économétrique national pour mesurer l’impact des conseils financiers sur l’épargne des Canadiens.

L’organisation s’est également appuyée, dans son étude, sur les faits saillants d’un autre rapport, effectué celui-là en 2012 par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO). On y indiquait notamment que les épargnants ayant un conseiller financier sont plus disciplinés que les autres ménages et mettent plus d’argent de côté.

La direction de l’IFIC, qui rassemble 150 groupes incluant des gestionnaires d’organismes de placement collectif, des distributeurs et des entreprises de service, y voit une démonstration supplémentaire des avantages, pour les épargnants, à recourir aux conseils d’un spécialiste.

« À notre connaissance, c’est la première fois que des chercheurs indépendants ont modélisé l’incidence économique globale d’une hausse des taux d’épargne découlant des avantages quantifiables, sur le plan de l’accumulation d’actifs, du recours aux services d’un conseiller financier »,  a souligné la présidente et chef de direction de l’IFIC, Joanne De Laurentiis, dans un communiqué publié lundi.

Menée à la demande de l’IFIC par le Conference Board du Canada, les détails de l’étude sont disponibles sur le Web.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques