A A A
Établissements

Des jeunes banquiers pris la main dans le sac

19 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Est-ce par ambition démesurée ou en raison des pressions de réussite ambiantes? Toujours est-il qu’une vingtaine de stagiaires de Goldman Sachs ont été licenciés vendredi dernier.

La raison? Ces jeunes banquiers et courtiers en herbe auraient triché à des examens de routine administrés pendant leur stage de formation, a indiqué à l’Agence France-Presse une source proche du dossier, sous le couvert de l’anonymat.

Les stagiaires visés travaillaient dans divers bureaux de la prestigieuse banque d’affaires américaine, dont ceux de New York et de Londres, et plus précisément au sein de la division de création des produits financiers.

Goldman Sachs n’a pas souhaité préciser quelle était la nature de la fraude, mais s’est empressée d’ajouter qu’elle n’en tolérait aucune forme.

« Ce comportement n’était pas seulement une violation claire et nette des règles, mais il était complètement incohérent avec les valeurs que nous promouvons au sein de la firme », a déclaré à l’AFP Michael Duvally, un porte-parole du géant bancaire américain.

PEU D’ÉLUS

Goldman Sachs compte parmi les 100 meilleurs employeurs américains, selon le magazine Fortune. Elle est aussi l’une des institutions financières les plus convoitées de la part des diplômés en finance, en gestion et en administration frais émoulus des meilleures universités de la planète, désireux de bénéficier de son programme de formation de deux ans.

L’an dernier, par exemple, la prestigieuse banque d’affaires a reçu 267 000 candidatures. De ce nombre, seuls 3 % des aspirants ont décroché un poste, selon l’agence Bloomberg, qui a révélé cette affaire.

À la fois admirée et détestée dans l’industrie, Goldman Sachs est considérée comme une des banques de Wall Street les plus difficiles d’accès pour tout jeune banquier ou courtier, souligne l’AFP.

La rédaction vous recommande :

Après les fleurs, le pot
Wall Street éclaboussée par un nouveau scandale financier

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques