A A A
Économie

Des marchés dans le vert en 2013?

15 janvier 2013 | Anaïs Chabot | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les marchés iront mieux en 2013. C’est du moins ce qu’affirme un récent rapport de la BMO Banque privée Harris, selon qui la situation des marchés et de l’économie mondiale est nettement meilleure en ce début d’année 2013 qu’elle ne l’était il y a un an. Ce rapport intitulé Commentaire sur les marchés explique les différents facteurs qui permettent une telle prédiction. Les progrès réalisés en 2012 y seraient pour beaucoup.

Peu de changement au Canada
En 2012, deux décisions ont ponctué l’année économique au Canada. Tout d’abord, les faibles taux d’intérêt ont été maintenus par la Banque du Canada. Ensuite, le resserrement des règles hypothécaires par le gouvernement fédéral a eu pour effet le refroidissement du marché immobilier canadien. C’est pourquoi, selon la BMO Banque privée Harris, les conséquences de ces deux décisions seront surveillées de près en 2013. Le rapport souligne également que les marchés des actions canadien et américain devraient bien performer en 2013.

« Compte tenu de l’amélioration de la situation économique en Chine et aux États-Unis, nous prévoyons une hausse des prix de l’énergie et des matières premières qui aura une incidence positive pour les marchés des actions au Canada, affirme Richard Mason, chef, Gestion des placements, BMO Banque privée Harris. Les actions américaines devraient par ailleurs connaître une bonne année également; la politique monétaire américaine continuera de soutenir l’activité économique et la croissance du marché domiciliaire, et stimuler la confiance des consommateurs et des entreprises. »

Un accord aux États-Unis
En 2012, la Réserve fédérale américaine a mis en place des politiques claires et précises. De plus, les politiciens américains ont réussi à éviter le mur fiscal, en concluant un accord de toute dernière minute. Le rapport de la BMO Banque privée Harris souligne également que dorénavant, la politique monétaire américaine sera liée au chômage, ce qui signifie que les taux devraient rester bas pour au moins une année encore.

« Plutôt que de créer un grand compromis qui aurait associé réductions de dépenses et réforme fiscale, les législateurs ont pris une sage décision en reportant la date limite à laquelle les coupes s’appliqueront automatiquement, souligne M. Mason. Il sera intéressant de surveiller ce qui transpirera de ces décisions au cours de prochaines semaines, car elles risquent d’avoir un effet d’entraînement dans le reste du monde. »

De bonnes nouvelles en Europe
L’année 2012 s’est bien terminée en Europe. Malgré les problèmes liés à la dette souveraine et les programmes d’austérité mis en place par les gouvernements européens qui se sont révélés insuffisants, les efforts des dirigeants européens ont permis des avancées importantes à la fin 2012. Notamment, ils sont arrivés à conclure une entente quant à l’union bancaire européenne, à restaurer le climat de confiance et à se rapprocher tranquillement de la stabilité.

« Les leaders européens ont réalisé plus de progrès en 2012 que quiconque aurait pu l’imaginer il y a un an; l’Europe ne s’est toutefois pas complètement relevée, explique M. Mason. Il reste du travail à faire pour que les marchés d’Allemagne, de France et de plusieurs pays européens reprennent confiance et que la croissance reparte dans la région. Il est toutefois très encourageant de constater qu’un cadre durable ait été mis en place. »

Croissance prévue en Chine
La situation chinoise en 2012 faisait craindre aux spécialistes que la situation ne soit encore pire que ce que laissaient entrevoir les chiffres officiels. Cependant, les décisions qui ont été prises par les dirigeants chinois ont eu pour conséquence principale une stabilisation de la croissance monétaire et du crédit. C’est pourquoi BMO Banque privée Harris croit que la croissance chinoise devrait se poursuivre cette année.

« On prévoit que 300 millions de Chinois quitteront les campagnes pour s’établir en ville d’ici 2025, explique M. Mason. Ces mouvements de population auront des répercussions importantes sur la demande et les prix des matières premières, mais n’exposeront pas la Chine à des troubles sociaux. »

Loading comments, please wait.