A A A
Épargne

Des ménages encore plus endettés

8 décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La dette hypothécaire des propriétaires canadiens continue de grimper, indiquent les données les plus récentes de RBC. Mais on note de meilleures nouvelles du côté des dettes de crédit.

Dans son dernier rapport sur le crédit, RBC relève des tendances « divergentes » relativement à l’évolution du taux d’endettement — qui atteint des niveaux record — des ménages canadiens.

D’une part, la dette hypothécaire totale des Canadiens s’est accrue de 5 % en octobre dernier par rapport à la même période, l’an dernier. C’est le troisième mois de suite qu’un tel taux est observé.

Selon RBC, cette progression est attribuable aux taux d’intérêt peu élevés et à la vigueur du marché de l’habitation dans plusieurs régions du pays.

En revanche, le taux de croissance des dettes liées à la consommation, qui regroupent les prêts personnels, les marges de crédit et les cartes de crédit, a ralenti en octobre. Il a atteint 2,7 % en octobre, soit 0,2 % de moins qu’au cours des deux mois précédents.

Dans l’ensemble, le prêt hypothécaire constitue près des trois quarts (71,3 %) de la dette totale des familles canadiennes, le crédit à la consommation représentant le reste.

Dans sa dernière Revue du système financier, parue en juin 2015, la Banque du Canada, souligne l’économiste Laura Cooper de RBC, considérait le niveau élevé d’endettement des ménages comme la principale « vulnérabilité » pour l’économie canadienne.

« Alors que l’économie se stabilisera et que les taux d’intérêt commenceront à revenir à la normale, le scénario le plus probable est que cette vulnérabilité s’atténuera graduellement », pronostique la banque centrale canadienne.

DE 66 % À 163 %!

En juin dernier, le taux d’endettement moyen atteignait un sommet de quelque 163 %, selon la Banque du Canada. Les chiffres les plus à jour paraîtront dans la prochaine revue, le 15 décembre.

Statistique Canada rappelle, par exemple, que ce chiffre est graduellement passé de 66 % en 1980 à 150 % en 2011.

Les moins de 45 ans et les parents avec enfants à la maison sont le plus susceptibles de contracter des dettes, explique l’organisme sur son site web.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.