A A A
Établissements

Desjardins abaisse ses ristournes

29 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Monique F. Leroux, présidente de Desjardins, livre une allocution au Cercle canadien de Montréal. Photo : Pierre Roussel - Agence Québec Presse

Monique F. Leroux, présidente de Desjardins, livre une allocution au Cercle canadien de Montréal. Photo : Pierre Roussel – Agence Québec Presse

En dépit d’excédents records de près de 2 G$ pour l’exercice 2015, le Mouvement Desjardins envisage de diminuer sa provision pour ristournes, rapporte la Presse Canadienne.

Si elle s’est chiffrée à 217 M$ lors de l’exercice 2014, elle se situe actuellement dans une fourchette de 150 à 160 M$, a indiqué le 25 février la présidente et chef de la direction de la coopérative, Monique Leroux, lors du dévoilement des plus récents résultats de Desjardins, les meilleurs de son histoire.

« Quand on regarde la situation de 2016-2017, avec la volatilité sur les marchés, nous devons gérer notre capital de façon prudente en ayant les réserves requises pour soutenir la demande en provenance de notre réseau », a expliqué celle dont le mandat de huit ans se terminera en avril prochain.

Ainsi, la plus importante institution financière du Québec peut à la fois redistribuer une importante partie des excédents tout en répondant à la demande des entrepreneurs, des compagnies et des clients, a-t-elle ajouté.

À MÊME LES EXCÉDENTS

Le montant provisionné pour les ristournes provient de l’excédent du réseau des caisses, qui s’est chiffré à un peu plus de 700 M$ au cours de l’exercice 2015, a précisé Monique Leroux.

« C’est un ratio de distribution variant de 20 % à 25 %. C’est ce que nous croyons être un ratio de distribution prudent actuellement pour nous permettre de redistribuer [les excédents] et faire face à l’avenir », a-t-elle ajouté.

En 2014, l’excédent du réseau des caisses de Desjardins s’était élevé à 604 M$.

Au fil des ans, certaines voix se sont élevées pour critiquer la baisse des ristournes au sein du mouvement coopératif. L’institution attribue notamment cette situation à l’entrée en vigueur d’exigences de capitalisation de réserve plus élevées, imposées au milieu financier à la suite de la crise financière de 2008.

Le Mouvement Desjardins a terminé l’année avec des excédents avant ristournes aux membres de 1,96 G$, en hausse de 23 % comparativement à 2014. Le 31 décembre dernier, son actif total atteignait 248,1 G$, soit 8 % de plus qu’il y a un an.

Plus de 600 nouveaux emplois au Québec

Grâce à l’acquisition de la filiale canadienne de l’assureur américain State Farm, Desjardins prévoit créer au minimum 600 nouveaux emplois au Québec.

Quelque 200 postes liés à des activités de siège social seront rapatriés depuis les États-Unis. Et au moins 400 personnes seront embauchées pour faciliter l’intégration des systèmes de State Farm jusqu’à ce que celle-ci soit complétée, en 2018-2019.

« Il s’agit d’emplois à haute valeur ajoutée comme dans l’ingénierie et le secteur de la technologie, a affirmé Monique Leroux. L’impact de cette acquisition est substantiel dans nos activités de siège social. »

L’achat de State Farm a permis à Desjardins de se hisser au deuxième rang des assureurs de dommages au Canada, après Intact, et de gagner 1 200 000 nouveaux clients.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.