A A A
Hausse économique

Desjardins accroît ses profits annuels de 4 %

26 février 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Desjardins affiche un excédent de 1,59 G$ (avant ristournes aux membres), soit une hausse de 4,1 % par rapport aux 1,53 G$ enregistrés en 2013, pour son exercice qui a pris fin le 31 décembre dernier.

Le Mouvement, qui dévoilait hier ses résultats annuels, a fait état d’une croissance de la plupart de ses secteurs d’activité au cours de l’an dernier, se félicitant de ces bonnes nouvelles qui « témoignent de notre capacité à nous démarquer dans une industrie en pleine mutation et au sein de laquelle la concurrence est de plus en plus vive », selon les mots de sa présidente et chef de la direction, Monique F. Leroux.

Plus 17,4 G$ d’actifs

Ainsi, au 31 décembre 2014, son actif total avait augmenté de 17,4 G$ pour s’établir à 229,4 G$ (+8,2 %), comparativement à la croissance annuelle de 15,2 G$ (+7,7 %) enregistrée au 31 décembre 2013. Cette progression s’explique pour l’essentiel par une augmentation des prêts nets.

De même, les revenus d’exploitation du premier groupe financier coopératif au pays ont crû de 5,9 %, passant de 11,95 G$ en 2013 à 12,65 G$ l’an dernier.

Entre autres bons résultats, Desjardins a aussi enregistré une croissance de 7,1 %, ou 9,9 G$, de l’ensemble de son portefeuille de prêts, tandis que les revenus nets d’intérêts de ces prêts sont passés, entre les deux exercices financiers, de 3,86 G$ à 3,98 G$. La coopérative note toutefois que la croissance a été ralentie par « la forte concurrence dans le marché et la compression des marges bénéficiaires en résultant ».

Revenus d’exploitation : + 8,9 %

La croissance des affaires liées aux activités d’assurance a généré, elle, une augmentation de 358 M$ (+6,4 %) des primes nettes, qui atteignent 5 916 M$.

Quant aux autres revenus d’exploitation, ils s’établissent à 2 762 M$, en hausse de 226 M$ (+8,9 %) par rapport à l’exercice précédent. Selon Desjardins, cette augmentation s’explique en partie par la progression du volume d’actifs sous gestion résultant de la vente de différents produits, l’accroissement des revenus de courtage ainsi que la croissance des activités de cartes de crédit et de financement au point de vente.

De son côté, le revenu total, constitué du revenu net d’intérêts, des primes nettes, des autres revenus d’exploitation et des revenus de placement, se chiffre à 15 235 M$, en hausse de 3 501 M$ (+29,8 %) par rapport à 2013.

Durant l’exercice écoulé, Desjardins a également réussi à augmenter son portefeuille de prêts hypothécaires résidentiels de 6,1 G$.

L’incidence de l’acquisition de State Farm

En outre, le Mouvement a affiché une croissance de 6,4 % de ses activités d’assurances, ainsi que d’autres augmentations dans les secteurs des revenus de courtage, des activités des cartes de crédit et du financement au point de vente.

L’un des faits saillants de l’exercice financier 2014 a été l’acquisition et l’intégration des activités canadiennes de State Farm, a par ailleurs souligné Desjardins, qui a rappelé les « investissements significatifs » qu’avaient nécessités cette acquisition.

Jumelée à d’autres facteurs, comme « la réalisation de divers projets stratégiques », celle-ci a eu une incidence sur le rendement des capitaux propres, qui ont affiché une performance de 8,7 %, comparativement à 9,4 % en 2013.

Enfin, Desjardins rapporte avoir consacré des efforts importants à l’amélioration de la productivité dans le réseau des caisses et au sein des autres composantes du Mouvement.

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques