A A A
Établissements

Desjardins annonce « les meilleurs résultats de son histoire »

26 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Entente_hausse_conseillers_425Le Mouvement Desjardins termine l’année 2015 avec un excédent record tout juste sous la barre des 2 G$. Plusieurs autres grandes banques ont également publié cette semaine des profits en hausse pour le premier trimestre 2016.

« Notre réseau de caisses a fort bien performé dans un contexte de vive concurrence et de bas taux d’intérêt, se réjouit la présidente et chef de la direction, Monique F. Leroux. De plus, nos compagnies d’assurance ont bénéficié des retombées de l’acquisition des activités canadiennes de State Farm. Tout cela permet à Desjardins d’afficher, au terme de son exercice 2015, une forte croissance de ses activités et les meilleurs résultats de son histoire ».

Excédents de 1 959 M$, en hausse de 366 M$, revenus d’exploitation de 13 924 M$, en hausse de 10 %, actif de 248,1 G$, en hausse de 18,7 G$, augmentation de 4,8 G$ de l’encours des prêts hypothécaires résidentiels, hausse de 3,4 G$ de l’encours des prêts aux entreprises, croissance de 32,6 G$ des biens sous gestion et sous administration, qui totalisent 403,4 G$… À quelques semaines de la fin de son mandat à la tête du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux a de quoi être satisfaite.

Cette hausse des excédents est par ailleurs particulièrement marquée pour le quatrième trimestre de l’exercice 2015, qui atteint les 462 M$, en hausse de 30,5 % par rapport au trimestre correspondant un an plus tôt.

HAUSSE DES PROFITS AILLEURS

D’autres institutions financières canadiennes ont annoncé de gros profits cette semaine, concernant le premier trimestre de 2016 cette fois.

La Banque TD rapporte ainsi un résultat net de 2 223 M$ pour le premier trimestre 2016, comparativement à 2 060 M$ pour la même période en 2015. Le résultat net rajusté a quant à lui été de 2 247 M$, alors qu’un an plus tôt, il s’était élevé à 2 123 M$.

De son côté, la Banque CIBC affiche un résultat net de 982 M$, contre 923 M$ pour le premier trimestre il y a un an et de 778 M$ pour le trimestre précédent. Le résultat net ajusté atteint quant à lui 1 029 M$, contre 956 M$ pour le premier trimestre 2015 et 952 M$ pour le trimestre précédent.

Avec un bénéfice net de 42,7 M$, la Banque laurentienne affiche quant à elle une progression de 19 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent, tandis que la Banque de Montréal (BMO) présente un profit net de 1 068 M$, en hausse de 7 % par rapport à celui rapporté pour le même trimestre l’an dernier. Le bénéfice net ajusté s’élève quant à lui à 1 178 M$.

Des hausses que les institutions financières attribuent à leur capacité à s’être réformées et à se mettre au service de leur clientèle, qu’il s’agisse de particuliers, d’entreprises ou d’investisseurs. La diversification des activités tant par segment de clientèle que par région est également mise de l’avant.

PETITS BÉMOLS

Bénéfice toujours, mais en très légère baisse, du côté de la Banque Royale du Canada, qui déclare un profit net de 2 447 M$, soit 0,36 % de moins que les 2 456 M$ engrangés pour la même période l’an dernier.

Une baisse attribuée aux moins bons résultats dans les secteurs des assurances et des marchés des capitaux. La RBC enregistre toutefois des profits records dans le domaine des services aux particuliers, aux entreprises et aux investisseurs.

La Banque Nationale, qui avait ouvert le bal des présentations de résultats mardi, est ainsi la seule à rapporter une chute de son bénéfice. La BNC déclare en effet un résultat net de 261 M$ au premier trimestre de 2016, en baisse de 37 % par rapport aux 415 M$ de la même période de 2015. Une situation attribuée en grande partie à la décision de l’institution financière de radier sa participation dans Maple Financial Group.

La Banque Scotia présentera quant à elle ses résultats du premier trimestre aujourd’hui.

La Caisse de dépôt affiche un rendement de 9,1 % pour 2015

En dépit d’un « environnement turbulent et volatil », Michael Sabia, PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), a annoncé mercredi un rendement de 9,1 % pour la Caisse en 2015.

Une belle performance qui fait grimper l’avoir des déposants de la Caisse de 20,1 G$. L’actif net a quant à lui terminé l’année à 248 G$, en incluant les dépôts de 2,1 G$ enregistrés pendant l’exercice.

La CDPQ attribue ces bons résultats aux investissements étrangers en Bourse, dans l’immobilier et dans les infrastructures. Seul le portefeuille d’actions canadiennes, exposé à la chute du pétrole et du cours des ressources, a généré un rendement négatif.

En 2015, le fonds du Régime de rentes du Québec a quant à lui généré un rendement de 10,5 %. La valeur nette de l’actif du fonds du Régime au 31 décembre 2015 est de 57 G$.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques